thermique infiltrométrie ventilation formation dossiers blog fiabishop


LE PUITS CANADIEN A LA LOUPE

 


    FIABISHOP

  • Nouveau site internet pour votre installation vmc double flux / puits canadien

fiabishop

http://www.fiabishop.com

 

Introduction au puits canadien

 

Le « puits canadien » est sorti peu à peu de l'oubli à partir de 2003, suite à la canicule, et grâce à la visibilité croissante des énergies renouvelables. S'il existe de nombreuses solutions écologiques pour produire de la chaleur, les solutions alternatives à la climatisation sont peu nombreuses. Le puits canadien est l'une d'elle, la plus facilement transposable sur l'habitat individuel.

Devant le développement de ce système, il nous a paru utile de réaliser ce dossier pour présenter le fonctionnement du puits canadien, de présenter son usage, les conditions de bonne réalisation, et de mettre en garde contre les mauvaises mises en oeuvre de celui-ci. En effet, si la mise en place d'un puits se traduit par des économies d'énergie, il ne faut pas qu'elles se fassent au détriment de la qualité de l'air ambiant. L'objectif de ce dossier est de mettre à disposition toutes les informations essentielles à la compréhension de la technique et de permettre son développement.

Dossier réalisé par Frédéric Loyau - 2005

Voir également : Puits canadien : possible mais complexe (Renovim)

Quelques rappels sur la ventilation

 

Pourquoi ventiler ?

La première raison de la ventilation est liée à l'évolution de l'utilisation des maisons :

  • Elles sont de plus en plus isolées pour conserver la chaleur et de ce fait, sont de plus en plus étanches à l'air (condition de la performance de l'isolation). Ainsi, l'humidité produite par les appareils et métabolismes est confinée dans les pièces chauffées et conduisent à des risques de prolifération bactérienne et fongique (moisissures, champignons...) sur le bâti.
  • Les personnes consomment l'air des pièces et doit être renouvelé pour être maintenu sain. La respiration diminue la quantité de dioxygène disponible et augmente le Co2 et l'humidité de la pièce.

La deuxième raison est liée aux pollutions de l'air:

  • Liées aux matériaux utilisés pour la construction de la maison (colles, solvants, émanations post séchage... voir dossier « La maison toxique »), aux matériels de production de chauffage (monoxyde de carbone), aux produits dispersés volontairement (pesticides, désodorisants...).
  • Liées à l'environnement sur lequel est situé le bâti. Le radon par exemple est un gaz radioactif naturel susceptible de remonter du sol dans la maison par les fuites d'étanchéité et de s'accumuler dans l'air ambiant en cas de déficit de ventilation.
  • Pour plus d'informations, consulter notre dossier La maison toxique

Comment ventiler ?

On retrouve dans les maisons deux grandes familles de ventilation :

  • xxxLa ventilation par pièces séparées : Fenêtres de grande dimension, grilles de ventilation placées en bas et en haut d'une pièce, extracteurs fonctionnant avec un interrupteur, mise en route manuelle ou sur hygrostat, détecteur de présence, minuterie.

Dans ce principe, toutes les pièces de vie et d'eau ont un moyen de renouveler leur volume d'air, soit manuellement (ouverture des fenêtres, extracteurs), soit naturellement par les effets du vent et du tirage thermique (non étanchéité des ouvrants, grilles de ventilation). Ce système n'est plus autorisé sur la construction neuve - il ne permet pas d'assurer des débits de ventilation minimum d'un point de vue sanitaire en toute saison, et génère des consommations d'énergie importantes.

  • xxxLa ventilation par balayage : L'air neuf pénètre par des entrées d'air dans les pièces de vie, transite dans le logement à travers les passages de transit, l'air vicié est extrait dans les pièces de services par les bouches d'extraction, et est rejeté à l'extérieur. Le débit d'air neuf est proche du débit d'air repris, et est fixé réglementairement. La ventilation peut être naturelle (tirage thermique) ou mécanique (VMC).

Si la VMC (ventilation mécanique contrôlée) est dite à simple vmc heliosflux -un simple réseau d'extraction-, des entrées d'air sont positionnées au dessus des fenêtres, elles sont autoréglables (à débit constant), ou hygroréglables (dépendant de l'hygrométrie des pièces).

Si la ventilation est dite à simple flux par insufflation (VMI) -un simple réseau d'insufflation-, des bouches d'extraction statiques sont positionnées dans les pièces de service (cuisine, salle d'eau, wc).

vmc heliosSi la ventilation est dite à double flux -un réseau d'extraction et un réseau d'amenée d'air centralisé-, l'air est prélevé àl'extérieur par un ventilateur qui va amener l'air dans les pièces de vie, l'air vicié étant extrait par un autre ventilateur, à débit similaire. Les ventilations double flux sont pourvues d'un échangeur de chaleur, système quiva récupérer les calories de l'air évacué pour réchauffer l'air rentrant (avec des rendements de 60% pour des échangeurs à courants croisés et 80-90% pour les échangeurs à contre courant et les échangeurs rotatifs).

aldes double flux

La ventilation doit pouvoir satisfaire toutes ses problématiques.

La ventilation est déterminée en volume/heure pour représenter le taux de renouvellement d'air. Le volume considéré est le volume chauffé. Les débits d'air sont mesurés en m3/h.

Ventiler, une perte d'energie ?

vmc heliosLa mauvaise étanchéité à l'air d'un logement est sa première source de renouvellement d'air. Pour exemple, le bâti ancien assure un taux de renouvellement d'air d'environ 1 volume/heure naturellement. Un tel taux permet d'assurer une qualité d'air sans ajout de système mécanique mais a pour conséquence des consommations d'énergie importantes.

Une maison neuve construite avec les technologies actuelles présente des défauts d'étanchéité assurant un renouvellement de 0,3 volumes/heure. Ce renouvellement d'air parasite peut être réduit à 0,2 volumes/heure si les entreprises font attention lors de la réalisation. Les bâtiments dits « passifs – voir dossier La maison passive » réduisent les fuites à 0,03 volumes/heure.

Les règlementations thermiques imposent des débits d'extraction minimum dans les pièces de service, permettant une ventilation d'environ 0,50 volumes/heure du bâtiment. Si la ventilation est hygroréglable, le taux moyen de ventilation est abaissé à 0,35 volumes/heure.

La ventilation d'un logement doit permettre de répondre à un besoin minimum d'extraction, calculé selon le nombre et la typologie des pièces de service. Elle doit également répondre à un taux minimum de renouvellement d'air, en application du ratio 35m3/h par personne. Elle doit répondre enfin à un taux minimum et maximum de renouvellement d'air global, compris entre 0,3 et 0,7 volumes/heure.
Il est conseillé de ventiler une maison à 0,5 volumes/heure.

Diffusion de chaleur dans une maison

conduction covection rayonnement

Le choix du système de ventilation et de la technique constructive est déterminant dans la consommation d'énergie future du bâtiment.

Ainsi, la technologie la plus répandue sur les maisons neuves est la VMC simple flux, généralement autoréglable. Dans ces systèmes, l'air qui entre dans les pièces de vie l'hiver vient directement de l'extérieur, l'air que l'on chauffe est alors aspiré vers les pièces de service et extrait vers l'extérieur. Cette déperdition est une source d'inconfort importante, puisque la température de la maison ne peut être homogène, elle nécessite de prévoir des appareils de chauffage conséquents pour chauffer rapidement cet air neuf. Généralement, le chauffage est assuré par convection (on chauffe l'air), la conservation de chaleur n'est pas possible puisque cet air ne reste pas plus de 2h dans le bâtiment avant d'être évacué.

La ventilation représente entre 20 et 30% des déperditions d'une maison. Cette déperdition est liée au taux de renouvellement d'air et à la qualité de l'étanchéité de l'enveloppe. Elle peut être réduite selon plusieurs stratégies (la pertinence varie selon les climats) :

  • Diffuser la chaleur par rayonnement. Ce choix permet de réduire les pertes par convection et donc les déperditions liées à la ventilation. Un plancher chauffant, par exemple diffuse 60% de sa chaleur par radiations infrarouges et 40% par convection. La sensation de confort thermique est obtenue avec une température d'air réduite (19°C généralement). Les calories sont stockées dans la masse du plancher, il y a conservation de la chaleur.

  • Réduire les pertes de la ventilation. En réduisant les fuites d'étanchéité du bâtiment (par exemple en faisant réaliser un test d'infiltrométrie après la mise hors d'air de la construction, qui permet de visualiser toutes les fuites d'air et les faire corriger avant reception des travaux), en réduisant le taux de renouvelement d'air du bâtiment par la mise en place d'une extraction hygroréglable (mais cela se fait au dépend de la qualité d'air), en récupérant les calories de l'air extrait par la mise en place d'une VMC double flux à récupération de chaleur.

cascadeLa mise en place d'une ventilation en cascade nécessite de concevoir la maison de manière à créer un flux d'air des chambres vers le séjour vers les pièces d'eau.
Cette technique permet d'augmenter les débits d'aération douce dans les chambres et supprimer l'entrée d'air dans le séjour, en partant du principe que l'air va se vicier soit dans la chambre, soit dans le séjour, parce que les pièces ne sont pas occupées en même temps.

Ex: 4 chambres-1 séjour en cascade
4x30m3/h -> 120m3/h -> air extrait.
Ex: 4 chambres-1 séjour en balayage
4x20+1x60m3/h -> 140m3/h -> air extrait.

Pour un débit global inférieur, toutes les pièces sont ventilées avec des débits supérieurs aux débits sanitaires.

Dans un bâtiment très performant, les pertes par fuites d'étanchéité sont minimes (0,03 volumes/heures) et la récupération de chaleur de 85% sur l'air extrait. Si cette démarche est combinée avec une excellente isolation thermique, on peut envisager de maintenir une ambiance tempérée dans la maison sans système de chauffage dédié. La ventilation n'est plus une contrainte thermique.

Classement des différents systèmes de ventilation pour les économies d'énergie l'hiver, du moins bon au meilleur :


Cout

Qualité d'air

Déperdition

Avis

Ventilation naturelle

*

**

*****

Débits variables selon le tirage thermique naturel et le vent. Pas d'ajustement selon l'utilisation du bâtiment.

VMC SF Autoréglable

*

****

****

Débits constants réglés en usine, consommation d'énergie importante, très bon marché.

VMC SF hygroréglable

**

**

***

Fait varier les débits d'air en fonction du besoin d'extraction. Soit la VMC est équipée d'une sonde hygro, soit les bouches le sont. Un peu plus cher que la VMC classique. Vous permet d'économiser de 10 à 35% sur vos pertes par ventilation.

VMI autoréglable

**

****

****

La maison est en surpression. Débits constants, consommation d'énergie importante, est généralement accompagné d'une batterie pour chauffer l'air dans les pièces de vie.

Le puits canadien+VMC SF

***

****

**

Vous insufflez de l'air préchauffé dans les pièces de vie. Débits constants. La maison est en légère surpression. Rafraichissement en été.

La VMC Double flux

***

****

*

Son échangeur de chaleur intégré vous permet de récupérer une partie de la chaleur de l'air sortant pour réchauffer l'air entrant. Préferer les échangeurs haut rendement.

puits canadien+VMC DF

****

****

-

Le puits canadien évite le givrage de l'échangeur de la VMC. L'effet du puits canadien l'hiver est anecdotique, sauf fortes amplitudes de températures l'hiver. Rafraichissement en été.

VMC thermodynamique

****

****

*

VMC avec pompe à chaleur sur air extrait. Dans une maison passive, la vmc est le système de chauffage. Rafraichissement en été.

Tous ces systèmes agissent au niveau de la ventilation. Ils ne préchauffent pas, ils diminuent les pertes thermiques causées par le renouvellement d'air

Ne pas avoir besoin de climatiser sa maison

La plupart des problèmes de surchauffes pourraient ne pas exister si les maisons étaient réfléchies par rapport aux contraintes climatiques qu'elles ont à supporter. L'association d'un thermicien dès la conception du projet permet de visualiser les problèmes de conception et d'apporter des solutions passives pour limiter l'évolution des températures lors de périodes de canicule et par extension le recours à un système mécanique de climatisation.

Les surchauffes sont dûes à quatre phénomènes :

  • L'excédent d'apports solaires passifs. L'orientation solaire des vitrages et leur inclinaison déterminera les calories récupérées en été. Leur position, les protections solaires (masques, occultations) sont déterminantes. L'inertie thermique des façades extérieures déterminera le déphasage thermique de la paroi: si le matériau isolant est dense, il fera barrière à la pénétration de chaleur sur les parois opaques.

  • L'excédent d'apports internes. Le fonctionnement continu d'appareils électroménagers contribue à réchauffer l'air ambiant. Des pièces éclairées artificiellement en continu ou contenant un nombre important d'appareillages peuvent être problématiques pour le confort d'été. La chaleur dégagée par les métabolismes est une autre cause de surchauffe dans les écoles, bureaux...

  • Le manque d'inertie thermique : La masse thermique de la maison détermine sa capacité à amortir les excédents de chaleur intérieure. Il est nécessaire d'apporter de l'inertie par des cloisons (parpaing plein, brique de terre cuite ou crue) et dalles massives. Cette masse limitera l'élévation des températures dans le bâtiment. Une maison construite uniquement avec des matériaux légers n'a aucune capacité d'amortissement de l'onde thermique.

  • La gestion de la ventilation. Renouveler l'air par de l'air extérieur conduit à réchauffer la maison en été. La ventilation peut être réalisée par un puits canadien pour traiter le problème. La maison doit pouvoir être surventilée par des ouvrants judicieusement placés pour évacuer facilement les excédents de chaleur la nuit.

    Pour plus d'infos :
    Voir notre dossier sur le chauffage et le bioclimatisme
    Voir notre panneau sur la manière de positionner la végétation sur un terrain

Des parois qui transpirent

Le terme "respirer/perspirer" signifie que la paroi n'est pas étanche à la vapeur d'eau.

Lorsqu'il existe une différence de pression de vapeur entre l'intérieur d'une maison et l'extérieur, la vapeur d'eau va exercer une pression sur le mur pour passer de l'intérieur vers l'extérieur.

La vapeur d'eau n'est pas seulement produite par la cuisine et la douche, les occupants rejettent entre un et cinq litres d'eau par jour par personne, en fonction de leur activité. Les activités ménagères contribuant en moyenne pour 3 litres d'eau par jour par personne. Ces quantités de vapeur vont s'ajouter à l'hygrométrie de l'air intérieur. On considère une ambiance hygrométrique confortable pour un taux de vapeur compris entre 45 et 65%. En deçà, si l'humidité est inférieure à 30%, la muqueuse respiratoire est desséchée, et ne peut plus arrêter les germes pathogènes. Au delà de 80%, il devient impossible de transpirer, d'ou inconfort.

  • Le problème posé par les parois étanches : Dans les maisons conçues sur le principe de l'isolation par l'intérieur, un pare vapeur est disposé en face intérieure de l'isolant pour empêcher cette migration de vapeur et protéger l'isolant. Par exemple, dans le cas d'un mur monté en parpaing avec un doublage intérieur en laine minérale, le mur en parpaing est étanche à la vapeur d'eau. Si la vapeur d'eau migre à travers l'isolant, il est bloqué en face intérieure du parpaing. Comme en hiver ce matériau est froid, la vapeur d'eau condense. L'eau formée annule le pouvoir isolant de la laine minérale qui va progressivement se dégrader. D'ou le pare vapeur. Toutefois, le pare vapeur ne peut être parfaitement jointif sur tout le pourtour de l'isolation (problème de l'isolation par l'intérieur). La migration de vapeur se produit toujours mais seulement dans ces points localisés que sont les ponts thermiques. La vapeur d'eau condense en ces points et abîme l'isolant, créant une zone favorable au développement de moisissures. La seule réponse apportée à ce problème est de ventiler, pour ne pas avoir d'importantes différences de pression de vapeur, ou de ne pas mettre l'isolation à l'intérieur mais à l'extérieur pour ne pas avoir de ponts thermiques.

fuites air

  • Le problème posé par les parois à ossature bois : On peut empêcher la vapeur d'eau de migrer à travers le mur mais que faire de l'humidité présente dans les parois ? Les bois des constructions en ossature bois, et des charpentes ne sont jamais parfaitement secs lorsqu'ils sont mis en oeuvre. Ils vont sécher progressivement et si la paroi est étanche, la vapeur d'eau est confinée dans l'isolant. D'ou la nécessité de mettre en place un pare pluie étanche à l'eau mais perméable à la vapeur d'eau, et un freine vapeur hygrovariable coté intérieur.

Différents matériaux intérieurs, comme la terre crue par exemple, ont une possibilité d'absorption de vapeur d'eau. La cloison peut faire office de régulation passive des surplus de vapeur d'eau et amortir les variations du taux d'hygrométrie de l'air intérieur, limitant considérablement la pression de vapeur sur la paroi extérieure.

Les parois perspirantes permettent l'évacuation des surplus de vapeur vers l'extérieur naturellement. Pour cela, les différents matériaux composant la paroi doivent opposer une résistance de plus en plus faible au passage de la vapeur de l'intérieur vers l'extérieur. Il est nécessaire que le matériau isolant puisse accepter le passage de vapeur sans perte de pouvoir isolant.

Mettre en place une stratégie de paroi perspirante sur un projet fait qu'il n'est plus absolument nécessaire de mettre en place une VMC pour assurer l'évacuation de vapeur d'eau, sous peine de voir sa maison moisir en une semaine. Toutefois, si l'objectif est de faire une maison performante, celle ci doit être impérativement étanche à l'air. Il faut donc mettre en place une ventilation sur son projet, qui doit permettre d'assurer des débits d'aération de confort équivalents à ceux nécessaires pour la vapeur d'eau. Une paroi respirante est un non sens, elle peut être perméable à la vapeur d'eau, mais ne peut évacuer toutes les autre pollutions de l'air ambiant.

 

Le principe du puits

 

L'histoire du developpement du puits en France

Le puits canadien "traditionnel" associé à un procédé de ventilation naturelle

On trouve quelques exemples de stratégies de préchauffage/rafraichissement traditionnelles utilisant l'inertie thermique de la terre sur des bâtiments traditionnels, dans tous les climats.

Il existe de nombreux principes de fonctionnement de puits canadiens selon le climat et l'architecture du projet. Nous avons choisi de nous concentrer sur les puits canadiens récents, issus des problématiques climatiques locales.

Le puits canadien associé aux démarches de constructions basse énergie

weberLe puits canadien est d'abord réapparu dans les pays germanophones et scandinaves sur les premières constructions à basse consommation d'énergie, pour lesquels les fabriquants de ventilateurs ont été sollicités pour concevoir des systèmes adaptés à la démarche. Les parois des maisons sont surisolées et l'étanchéité à l'air parfaitement réalisée, la ventilation est repensée pour qu'elle puisse assurer un renouvellement sanitaire confortable, mais sans avoir d'impacts sur les consommations de chauffage.
weberLes systèmes de ventilation à double flux représentent cette première évolution, ils remplacent la ventilation naturelle par tirage thermique. Le rendement de l'échangeur de chaleur est déterminant, les technologies actuelles permettent de récupérer 90% de la chaleur de l'air extrait. Au lieu d'insuffler de l'air à température extérieure, l'air pénètre dans la maison à 18°C. La mise en oeuvre de cette démarche permet de réduire considérablement les besoins de chauffage.
La deuxième démarche aura été de réduire la consommation d'électricité des ventilateurs (modèles à courant continu), et la weberconsommation de la batterie de protection antigel de l'échangeur à plaques de la VMC. A partir de 3°C, cette batterie se met en route pour relever la température de l'air pour éviter le givrage. Pour réduire ses consommations, on va utiliser l'inertie du sol et réaliser la prise d'air neuf à plusieurs dizaines de mètres linéaires de la maison. L'air passant dans le sol va gagner quelques degrés avant d'arriver dans la VMC et ainsi, la batterie n'est plus utile.
La question du confort d'été dans ces pays a toujours été secondaire, puisque la contrainte climatique estivale n'est pas très forte. Le puits canadien associé à une VMC double flux permet de répondre au confort d'été. Il suffit pour cela de by-passer l'échangeur de chaleur de la VMC en été.

Ainsi, de nombreuses installations comprenant des échangeurs d'airs géothermiques ont vu le jour depuis une vingtaine d'années sur des maisons neuves et des rénovations lourdes, qui ont permis le développement de collecteurs de puits canadien adaptés à cet usage. Le puits canadien n'est ici qu'un ajout au système de ventilation à double flux qui permet d'augmenter le rendement global de l'installation, et d'apporter un petit rafraîchissement. A l'heure actuelle, le puits canadien à air est souvent remplacé par un puits canadien à eau glycolée (SEWT).

L'intégration au marché français

pcanMalgré la faible distance qui sépare la France de ses voisins suisses et allemands, il existe une différence d'approche importante entre les standards de constructions règlementaires français et les démarches basse énergie initiées depuis deux décennies en Europe.

Pendant que les allemands migraient de la ventilation naturelle à la VMC double flux, en France la VMC simple flux autoréglable se généralise sur le marché de la maison neuve, dont l'évolution aura été la VMC simple flux hygroréglable. Ces systèmes relativement peu coûteux et simples à mettre en oeuvre permettront à une profession non spécialisée de la proposer. Ainsi, encore aujourd'hui, il n'existe pas de métier artisanal spécifique à la ventilation en France, l'électricien comme le plombier peuvent le proposer mais aucun n'en a fait sa spécialité.
De ce fait, peu de fabriquants de VMC performantes ont cherché à distribuer ses systèmes sur le marché français. La différence de coût d'investissement, l'absence de professionnels et d'intérêt manifesté par le public français sont en cause. Ce n'est que maintenant que les fabriquants de VMC mettent sur le marché des VMC haut rendement, et s'intéressent aux puits canadiens, couplés à une ventilation double flux.

Depuis peu, la combinaison d'une hausse du prix des énergies fossiles et la canicule de 2003 aura fait naitre une demande, essentiellement exprimée par le particulier en recherche d'une solution pour augmenter le confort de son projet de construction, et de collectivités ou d'entreprises en recherche de solutions innovantes sur des projets conséquents. Le développement est essentiellement dû aux autoconstructeurs, qui vont s'inspirer des techniques traditionnelles ou des réalisations outre-rhin et faire le pari du puits canadien sur leur projet.
Cet engouement n'est pas tout de suite suivi par les constructeurs de maisons qui voient l'innovation avec scepticisme, craignent le développement de problèmes sanitaires et refusent ou dissuadent leurs clients de réaliser un puits canadien. Les professionnels habitués aux « traditionnelles » VMC sont également frileux car n'ont aucune idée des conduits à utiliser et prescriptions de mise en oeuvre à suivre pour faire un réseau puits canadien ou VMC double flux haut rendement.

Les fabriquants de ventilateurs présents en France sont pour la plupart au même point, et refusent de garantir le fonctionnement de leurs VMC à partir de puits canadien.
Les premières réalisations de particuliers pionniers sont donc courageuses puisque réalisées sans informations précises et fiables. La mise en ligne des expériences sur Internet permet une explosion de la demande en très peu de temps, et la multiplication des réalisations dans tous les climats francais.
Du fait de la demande, il est possible de trouver des solutions puits canadien en France, tous les produits sont issus des réflexions « maisons basse énergie » Outre- Rhin.

La capacité thermique des sols

La terre à deux mètres de profondeur, a une température pratiquement constante tout au long de l'année, elle varie entre 10 et 18°C selon les saisons alors que l'air extérieur peut varier de -5°C à +35°C dans la plupart des climats français. Un puits canadien va exploiter cette température constante : l'air, au lieu d'être amené directement de l'extérieur, va circuler dans un collecteur enterré au contact avec le sol pour en échanger ses calories. L'objectif étant que l'air à la sortie du collecteur soit à la température du sol. Le collecteur est soit à air et on parle de puits canadien (LEWT), soit à eau et l'on parle d'échangeur d'air géothermique à eau glycolée (SEWT).

capa

influence sol

Tous les sols ne se valent pas : plus celui-ci sera dense et humide et plus l'échange sera important. Les dimensionnements de puits sont donc fonction à la fois des conditions de ventilation souhaitées dans le bâtiment, et de la capacité thermique du sol.

Quelles performances en hiver ?

Dans n'importe quel bâtiment, le fait de ventiler conduit à des dépenses d'énergie (voir plus haut). Le puits canadien va remplacer les grilles d'aération en menuiseries et amener par le biais d'un réseau de gaines connecté au collecteur enterré un air plus chaud que l'air extérieur. L'amenée d'air dans la maison est généralement mécanique, par le biais d'un ventilateur. Il permet de diminuer l'impact de la ventilation sur les consommations de chauffage.
Les économies sont fonction des caractéristiques des maisons (bâti ancien ou pavillon neuf ou récent) et du mode de diffusion de la chaleur (convection ou rayonnement). Le puits canadien va avoir une consommation électrique dérisoire et récupère en moyenne 10 fois plus d'énergie qu'il n'en consomme. Toutefois, son intérêt est variable selon la localisation climatique du projet :

  • Dans les climats méditerranéens, océaniques et semi-continentaux, les températures extérieures restent souvent clémentes en hiver. Le différentiel température du sol – température de l'air extérieur est rarement supérieur à 10°C. Le puits n'est donc pas obligatoirement une solution pertinente pour le préchauffage. Si le système de chauffage est convectif ou si l'objectif est de mettre hors gel une maison secondaire, le puits canadien pourra toutefois diminuer sensiblement la puissance et la consommation de l'équipement de chauffage.

  • Dans des climats continentaux, le différentiel température du sol – température de l'air extérieur est souvent supérieur à 10°C. Un système de ventilation efficace est donc une nécessité. Le puits canadien peut être couplé à une VMC double flux pour réduire l'impact de la ventilation sur les consommations énergétiques. Le puits canadien servira à monter la température en amont du ventilateur pour éviter le givrage de l'échangeur de chaleur

impact puits canadien

Quelles performances en été ?

L'été, le puits sera plutôt "provençal", dédié au rafraîchissement. L'insufflation d'un air à 20°C dans la maison permet de limiter l'élévation des températures et évite le recours à un système de climatisation. Le puits canadien est le seul moyen de ventilation passive permettant un rafraîchissement. Il n'est pas nécessaire de modifier l'installation pour qu'elle fonctionne correctement en été.
La technologie puits canadien présente de nombreux avantages sur la climatisation : il consomme dix fois moins d'énergie, ne diminue pas l'hygrométrie synonyme d'air sec (irritations des muqueuses qui n'arrêtent plus les germes).
L'apport d'un puits canadien sur le confort thermique d'été est beaucoup plus difficile à prévoir que le même système utilisé en hiver (ou les gains en kwh sont facilement estimables avec des logiciels). Pour évaluer l'impact d'un puits, il faut commencer par évaluer le potentiel de surchauffe d'une pièce et les moyens existants pour traiter cette surchauffe (occultations, surventilation naturelle, etc...).
L'écart en température va être déterminé par le taux de ventilation. En hiver, le taux est proche de 0,5 volumes/heure. En période de canicule, il est nécessaire d'augmenter ce taux à 1 voire 2 volumes/heure. Si une pièce à une température de 30°C et que le puits insuffle un air à 20°C, l'impact sur la température de la pièce est négligeable si le taux de ventilation est inférieur à 0.5 volumes/heures.
L'impact va dépendre de la température de base. Si la pièce est à 25°C, l'impact du puits sera moindre que si la pièce est à 30°C. L'intérêt du puits canadien en été dépend donc pleinement du climat sur lequel il est réalisé.

impact

impact

  • Dans les climats océaniques et continentaux, les températures extérieures restent souvent clémentes en été. Le différentiel température du sol – température de l'air extérieur est rarement supérieure à 10°C. Le puits n'est pas impératif car il existe des moyens passifs pour éviter la surchauffe du bâtiment. L'air arrivant par le puits canadien est tempéré mais il n'est pas nécessaire de prévoir une augmentation des taux de ventilation pour maintenir la maison confortable.
  • Dans les climats méditerranéens, les températures extérieures sont souvent inconfortables en été. Le différentiel température du sol – température de l'air extérieur est souvent supérieur à 10°C. Il est difficile de maintenir une ambiance confortable sans puits canadien. L'air arrivant par le puits canadien est tempéré mais il est nécessaire de dimensionner le puits pour un fonctionnement de rafraîchissement, et de le combiner avec une surventilation nocturne.

Pour autant, le puits canadien n'est pas seulement une mini-climatisation, car il traite en partie le problème de la surchauffe des maisons qui est provoqué par ... leur ventilation continue avec de l'air extérieur. Une maison constamment ventilée par un puits canadien voit ses courbes de température intérieure considérablement amorties par rapport à la même maison qui ventile 0.5 volumes/heures en journée caniculaire avec de l'air extérieur. Si les apports solaires des vitrages sont traités et les gains internes gérables, entre le matin et le soir, les pièces considérées prennent 2 ou 3°C au maximum.
Mais ce n'est pas le fait d'amener de l'air froid qui rafraîchit la maison, c'est le fait de ne pas faire rentrer de l'air chaud.

fonctionnement en été

 

Les précautions sanitaires

 

La radioactivité naturelle / le radon

Ce gaz est issu de la décomposition naturelle de certains isotopes radioactifs, au départ il y a dans l'écorce terrestre de l'uranium, il est présent partout en quantités variables. L'Uranium 238 se transforme via désintégration radioactive en Radium 226, qui lui se transforme en Radon 222, puis polonium 218, plomb 214, bismuth 214, polonium 214 et enfin plomb stable. Tous ces composants sont donc radioactifs puisqu'ils se désintègrent progressivement en un autre composé. Seul le plomb stable final n'est plus radioactif.
Pour résumer, la radioactivité pose deux problèmes :
- Le danger des radiations
- Le danger toxicologique

Le radon n’est dangereux que s’il est respiré. En effet, il est le seul composé de la liste de transformation de l'uranium ci-dessus qui est gazeux. Il est donc possible de respirer ce gaz, et les particules ionisantes de radon sont alors emprisonnées dans les poumons qui n’ont aucun moyen de les réduire. Le radon inspiré poursuit son cycle de transformation et se transforme dans les poumons en des composés radioactifs qui eux, sont solides, comme le polonium, le bismuth ou le plomb. Ces composés continuent leur cycle radioactif bloqués dans les poumons ce qui peut finir par provoquer un cancer.

Le radon est la seconde cause de cancer du poumon après le tabac.

  • Le risque lié au radon est linéaire sans seuil (à concentration deux fois plus importante, le risque est deux fois plus élevé ; il n’y a pas de niveau minimal en dessous duquel le radon ne présente aucun risque),
  • Le risque est beaucoup plus élevé pour les fumeurs que pour les non fumeurs, mais le radon est la principale cause de cancer du poumon chez les non fumeurs.

Le radon est présent dans tous les sols en concentrations diverses. Il peut pénetrer dans l'habitat de deux manières :

  • Parce que la maison est mise en dépression : Le radon vient du sol. Il peut pénétrer par les fuites d'étanchéité entre le dallage et le sol, ou entre le vide sanitaire/cave et la dalle. Les systèmes de VMC simple flux fonctionnent par la mise en dépression du bâtiment qui permet d'attirer naturellement l'air extérieur par les orifices de ventilation (les grilles d'aération et fuites d'étanchéité).
    On peut réduire les concentrations de deux manières : En surventilant sous le dallage (hérisson ventilé si dallage terre plein – surventilation du vide sanitaire ou de la cave), ou en optant pour une ventilation par mise en surpression (Puits canadien – VMC double flux).
  • Parce que le puits canadien n'est pas étanche au radon : Si un puits canadien est réalisé dans un sol qui présente des risques de concentrations de radon importantes, il faut veiller à faire réaliser une installation parfaitement étanche (étanchéité des joints type IP68), et ne pas réaliser de puits perdu sur le point de collecte des condensats.

L'IRSN (Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire) a établi une carte française des zones ou les concentrations de radon dans le sol sont les plus importantes. Cette carte est "sujette à caution" car le nombre de mesures est insuffisant (1 mesure pour 50 km²). Aussi, il convient avant de faire réaliser un puits canadien de vérifier que celui ci ne risque pas d'accompagner dans la maison un air qui se chargera en gaz radioactif, en vérifiant sur la carte de France du risque radon la moyenne des concentrations.

Des cartes départementales peuvent être téléchargées ici. (cliquer)

carte radon 41

Selon la CRIIRAD, Il n’existe pas à de tests simples permettant d’estimer le potentiel d’accumulation de radon induit par la mise en place d’un puits canadien sur un terrain donné. Il est possible d’effectuer des mesures de radon en profondeur d’un terrain et des mesures de flux de radon sur une surface donnée, mais les résultats sont difficilement extrapolables dans la mesure où la configuration du puits canadien joue un grand rôle. Il est en revanche possible d’effectuer a posteriori des mesures comparatives dans une habitation desservie par un puits canadien (une première série de mesures est effectuée avec le puits canadien en fonctionnement. Une seconde série de mesures est effectuée avec le puits canadien à l’arrêt). Concernant le côté préventif, il est préférable d’installer un dispositif prenant en compte le risque radon, quelle que soit la région. A ce sujet, nous avons récemment eu l’occasion de contrôler un bâtiment tertiaire construit sur un secteur ne présentant pas a priori un potentiel radon élevé, mais dans lequel un puits canadien entraînait une accumulation importante de radon. En effet, les puits canadiens « directs » présentent un risque potentiel en terme de radon, dans le cas où :

1)       le circuit n’est pas parfaitement étanche vis-à-vis du terrain traversé (les principaux défauts d’étanchéité potentiels correspondent à la canalisation proprement dite, aux jonctions entre différents tronçons de canalisations et au point d’écoulement des condensats),

2)       la canalisation souterraine est en dépression par rapport au terrain environnant (certains dispositifs contournent ce problème en plaçant un insufflateur à l’entrée du puits canadien plutôt qu’un extracteur à la sortie du puits).

Si ces points ne sont pas maîtrisés, le puits canadien est susceptible d’entraîner un apport de radon dans le bâtiment, y compris sur des terrains dont le potentiel d’émanation en radon n’est pas élevé. Ces problèmes pourraient probablement être évités en choisissant un système « indirect » (par exemple à eau glycolée) correctement dimensionné.

La proliferation bactérienne

 

La bactérie de la légionelle prolifère dans une plage de température allant de 25 à 43 °C, avec un maximum de croissance à 37 °C. Elle survit en deçà de 25 °C et peut être présentes dans les eaux de 0 à 63 °C.
Au delà de 50 °C, la destruction des légionelles survient plus ou moins rapidement.

L’environnement extérieur peut favoriser la prolifération des légionelles :
•les dépôts de tartre,
•les résidus métalliques issus de phénomènes de corrosion (fer, zinc),
•certains matériaux (caoutchouc, chlorure de polyvinyle (pvc), polyéthylène, silicone),

La contamination du public se fait par l’inhalation des aérosols d’eau contaminée. Il s’agit de micro-gouttelettes d’eau de 1 à 5 μm de diamètre en suspension dans l’air. Lors de la respiration, ces aérosols atteignent les alvéoles pulmonaires, infestent les macrophages pulmonaires et provoquent leur destruction.
La légionellose n'est pas contagieuse.

Problème lié aux condensats :

Dans une ambiance, la température et l’humidité relative de l’air définissent une température appelée “point de rosée”. Par exemple, à 25 °C et 50 % d’humidité relative, le point de rosée se situe à 14 °C. Au contact d’une paroi dont la température est inférieure à celle du point de rosée, il y a condensation: l’eau contenue dans l’air sous forme d’humidité passe sous forme liquide. On désigne par “condensats” ces eaux de condensation, que l’on retrouve à chaque fois qu’il y a production de froid, et qu’il est nécessaire de recueillir dans des bacs, puis d’évacuer. (source : Legionelles et systèmes de refroidissement)

Moyens de résoudre le problème : Il faut permettre à la condensation d'être collectée et récupérée (ou infiltrée) pour éviter que de l'eau ne stagne dans le conduit puits canadien. Il est impératif que les collecteurs soient étanches par rapport à l'eau du sol, et ne permettent pas la contamination du puits.

Les pollens allergisants

Le pollen provient des jeunes pousses de plantes. Le vent dissemine le pollen partout. Il peut déclencher des réactions allergiques (le rhume des foins).

Pour toutes les plantes de grande taille, les pollens ont pour fonction de transporter le patrimoine héréditaire masculin sur les ovules lors de la fécondation. Les grains de pollen individuels sont difficilement visibles à l’oeil nu, leur taille varie en fonction de l’espèce de 10 à 100 millièmes de millimètres. Ils présentent des formes très variées que l’on peut distinguer au microscope. Les pollens renferment des liaisons protéiques qui sont identifiées comme des substances étrangères par le corps et qui, à ce titre, sont combattues par lui. Le rhume des foins est une hyper-réaction
du système immunitaire intrinsèque du corps au contact de ces allergènes.
Deux conditions doivent être remplies afin que les pollens puissent déclencher de façon certaine le rhume des foins: premièrement, les pollens doivent renfermer des allergènes qui seront combattus en tant qu’envahisseurs par le corps. Tous les pollens ne sont pas pourvus de ces allergènes agressifs. Deuxièmement, les pollens doivent être présents dans l’air en quantité importante.
(source : AHA! Guide suisse des pollens )

pollens

 

Dimmensionner un puits canadien

Tout dimensionnement de puits canadien doit partir des besoins réels liés à la maison, l'environnement extérieur (terrain et nature du sol). Le dimensionnement intègre :

  • L'évaluation des besoins énergétiques,
  • L'évaluation du risque sanitaire environnemental,
  • Le diamètre des conduites, le choix du matériau qui compose la conduite et ses caractéristiques propres,
  • Le parcours du puits et les pertes de charges qu'il génère, sa longueur, la capacité thermique du sol,
  • La gestion des condensats,
  • La ventilation qui est mise en place dans la maison, le calcul des débits d'aération en fonction du potentiel de surchauffe, la régulation du fonctionnement du puits,
  • La distribution intérieure, la typologie des conduits, le positionnement des bouches,

L'évaluation des besoins énergétiques

Une simulation thermique peut vous permettre d'appréhender précisément le comportement thermique de votre projet : quelles déperditions, comment chauffer et ventiler, à quel coût, quelles pertes thermiques sont liées à la ventilation, comment la maison se comporte en saison estivale, est-il besoin de climatiser...

C'est le seul moyen de valider ou non la solution puits canadien par rapport à son impact sur les consommations d'énergie, de définir le système de ventilation le plus adapté au projet, et les économies réalisées sur la puissance de l'équipement de chauffe, et sa distribution.

Pour cela, il est nécessaire d'anticiper la réalisation du puits canadien le plus en amont possible du projet.

simu thermique

Ci-dessus, ce graphique compare une maison optimisée au niveau thermique avec des protections passives d'été avec une maison ossature bois, légère, avec ouvrants principaux sur l'ouest. Cette simulation tient compte du fait que les volets de la maison sont fermés en journée. Les deux modélisations permettent de déterminer le véritable besoin d'un puits canadien : la maison en rouge doit être munie d'un système de rafraichissement par puits canadien, la maison en vert n'en aura pas besoin pour l'été.

Pour plus d'infos, voir notre dossier sur la construction passive

L'évaluation du risque sanitaire environnemental

Une analyse du site permet de déterminer de quelles pollutions le puits canadien doit se prémunir.

Généralement, elles se résument :
- Aux pollutions des gaz d'échappement. Il convient d'éviter de positionner la borne de prise d'air à proximité d'une route fréquentée, ou d'un lieu de stationnement des véhicules.
- Aux rejets de la maison : Hotte de cuisine, air extrait par la VMC, par l'équipement de chauffage.
- Aux pollens végétaux. Le vent dominant et les essences proches vous donneront une idée du type de pollens que vous pouvez rencontrer, Ex: Une rangée de thuyas disposée pour couper le vent qui redirige ses pollens allergisants vers la borne de prise d'air.
Une liste des pollens allergisants est disponible ici

Le réseau de collecteurs enterrés

La borne de prise d'air

borned400La borne de prise d'air est l'élément par lequel rentre l'air dans la maison. Il est situé en départ de circuit. La plupart des prises d'air disponibles dans le commerce sont des éléments complets qui comprennent les différentes protections nécessaires à un bon fonctionnement du puits, à savoir :

- Une grille à mailles fines, dont le but est d'empêcher les petits rongeurs de pénétrer dans le collecteur. Des ailettes orientées, ou un chapeau de protection, dont l'objectif est d'empêcher les eaux de pluie verticales ou orientées par les efforts de vent de pénétrer le collecteur.

- Une préfiltration, de maillage G2 à G4. L'objectif de cette protection est de limiter l'encrassement du collecteur par différentes poussières extérieures. Le collecteur n'étant pas un élément facile à entretenir, on cherchera à limiter les possibilités d'accumulation de petites pollutions. Il complète la grille dans la possibilité de rétention et captation des polluants.
Toutefois, on ne retrouve pas ce type de protection sur toutes les bornes d'entrées d'air. Sa présence nécessite une visite mensuelle pour vérifier filtre bornel'encrassement du filtre, et il peut être nécessaire de le nettoyer à l'eau ou de le changer, en fonction de son état. Plus celui-ci est encrassé et plus il opposera de résistance au passage de l'air, ce qui se traduira par des débits d'insufflation plus faibles et une surconsommation du ventilateur.
Les expériences montrent que pendant l'année qui suit la réalisation du puits, avant que la végétation ne se soit développée et que le sol est nu, les poussières peuvent pénétrer relativement facilement dans le collecteur, cette première protection permet d'éliminer une partie des risques liés à un brassage de polluants extérieurs.
Plus le filtre a de surface d'échange et plus il est performant. Aussi, les filtres « à chaussettes » se généralisent dans cet emploi spécifique.

filtration

pertes charges

  • bornesansfiltreUne prise d'air à environ 1.00m de hauteur. Cela évite que le ventilateur n'aspire les polluants généralement concentrés sur les premiers trente centimètres de hauteur.

  • La borne est fixée dans le sol afin de limiter sa prise au vent. Ce socle généralement en béton sur 10cm crée une assise propre pour éviter le tassement de la borne avec le terrain. Il évite le soulèvement des éléments lors de grands vents.

  • La borne doit avoir une fixation étanche avec le collecteur. Tout défaut d'étanchéité entraînerait une inefficacité des protections précédentes, l'air étant aspiré à la jonction.

  • La borne sera soumise aux intempéries pendant toute la durée de vie du système, il n'est pas inutile que sa composition lui permette de résister à l'extérieur. (exemples matériaux à privilégier et éviter)

    borne dans sol

A quels endroits ne pas positionner sa borne de prise d'air ?

bornesansfiltreLa règlementation fixe une distance minimale de 8m entre la prise d'air et un lieu de stationnement de véhicule. Pour se protéger des gaz d'échappement des véhicules, il faut donc éloigner la borne du garage ou de places de stationnement. L'éloignement de la route est fonction de la fréquence de passage des automobiles. L'usage voudrait qu'au delà de X véhicules par jour, la borne de prise d'air ne soit pas placée à moins de 8m du passage.
Le bon sens voudrait également que la position de la borne d'air soit fonction des essences d'arbres présentes sur le site et la position des vents dominants. Lorsque les arbres et haies dégagent des pollens, le vent dominant peut les rabattre sur la borne et ensuite dans la maison. Les pollens sont des éléments qui peuvent provoquer des allergies, ils sont également relativement difficiles à filtrer efficacement. (voir chapitre la filtration)

Est-il possible de construire sa borne de prise d'air ?

borne-pcanIl est possible pour minimiser les coûts en construisant sa borne de prise d'air en maçonnerie, le collecteur remontant jusqu'à un mètre de hauteur où il est connecté à une sortie de toit du diamètre équivalent au collecteur. Dans l'idéal, le système doit être concu pour être démontable afin de positionner un préfiltre qui peut être fixé dans la jonction entre le collecteur et la sortie de toit, de manière étanche.

Il est préférable de fonctionner sur un élément maçonné plutôt qu'un conduit plastique ou métallique de récupération. Il est important de protéger la borne contre les usures extérieures et le métal peut rouiller avec le temps. Les conduits plastiques (essentiellement le PVC) peuvent émettre des COV s'ils montent en température.

D'autres solutions existent également pour réaliser son entrée d'air :
- Un muret de soutènement relevé de un mètre par rapport au sol, l'air est pris à l'horizontale, un grille pare pluie du diamètre adapté faisant la liaison avec le collecteur.

Quel diamètre choisir :

Si la borne contient une préfiltration, il est primordial que son diamètre corresponde à la surface d'échange du collecteur. Une borne sous-dimensionnée génèrerait une vitesse importante dans la borne, et provoquerait de très grosses pertes de charges par le filtre. Ainsi, il conviendra d'éviter de dépasser une vitesse de 3m/s dans la borne.

La canalisation

conduitd200Le diamètre est déterminé par le débit d'air calculé en amont. En général entre 160 et 250 intérieur. Un diamètre supérieur ne permet pas un échange uniforme (bon en périphérie, mauvais au centre), un diamètre inférieur est insuffisant pour ventiler une maison.
Pour un échange optimal, l'air ne dépasse pas 2m/s dans le puits, plus la vitesse est importante et moins l'air se réchauffe ou refroidit. Pour obtenir un réchauffement correct, l'air doit passer plus de 20s sous terre.

Le collecteur est l'élément le plus important du système puits canadien puisque c'est celui qui va échanger des calories avec le sol dans lequel il est enfoui.

Quel matériau utiliser ?

Le choix du matériau va prendre en compte de nombreux paramètres :conduitd200

  • La mise en oeuvre du conduit : Travaillant sur des profondeurs pouvant être supérieures à 1.20m, selon le procédé choisi il peut être nécessaire de blinder la fouille (protéger la fouille avec des coffrages amovibles pour éviter que le déblai ou la tranchée ne s'effondre sur la personne qui travaille dans le trou) ou travailler sur un talutage de 30% ce qui augmente considérablement la quantité de déblai pour le terrassier. Tout dépend du sol en place et de sa stabilité.

    Dans certains cas, lorsque le système est composé de plusieurs collecteurs disposés en parallèle, l'espace de travail dans la fouille devient plus important. Ce travail de blindage/talutage ne s'impose alors plus.

    conduitd200Lorsque le circuit utilise les fouilles existantes d'adduction des réseaux d'eau potable ou d'électricité, ou fait le tour des fondations de la construction, le conduit peut être disposé en fond de fouille. Dans ce cas, tout dépend de la profondeur prévue, le terrassement peut être plus large et profond pour intégrer cette mise en oeuvre spécifique.

    Si le collecteur est réalisé en gaine souple, les interventions en fouille se limitent aux connexions avec la maison ou le regard, si le collecteur est en conduit rigide, l'intervention en fouille peut poser un problème de sécurité lors des jonctions étanches entre les différents conduits.

  • La durée de vie du conduit et son étanchéité : Pour assurer une qualité d'air qui ne décline pas avec le vieillissement du conduit, il est nécessaire de considérer le conduit et ses joints pour mettre en oeuvre un système qui :

    conduitd2001 – Soit parfaitement étanche à l'eau, au moment de sa mise en oeuvre, et pendant toute l'utilisation du puits canadien. Il ne faut pas que le conduit s'use une fois en place, et il faut surtout que les joints soient parfaitement réalisés et durables.

    2 – Est une capacité à supporter les charges dûes à la profondeur du conduit. Dans les cas contraires, il finirait par se tasser et perdrait son étanchéité.

    3 – Soit étanche à l'air, et imperméable aux infiltrations de radon venant du sol. Comme ce gaz ne se trouve pas dans des concentrations similaires sur tous les terrains, un test de la radioactivité de votre terrain permet de répondre à cette question.

  • La non emissivité de polluants du conduit : Il est évidement préférable que le choix du conduit se porte vers des produits qui ne dégageront pas par le frottement de l'air sur ses parois des émissions de polluants toxiques.

  • La non rugosité des parois du conduit : Rugosité est synonyme de perte de charge pour le collecteur, les aspérités freinant l'air. Le cas des gaines annelées est spécifique, lorsqu'elles ne sont pas doublées à l'intérieur : Leurs anneaux sont autant de possibilités pour l'eau de condensation d'être retenue dans le collecteur (voir récupération des condensats).

  • Le traitement antistatique des surfaces intérieures : On parle de traitement antibactérien sur certains conduits spécifiques. Cette propriété découle du traitement antistatique (qui modifie le comportement de la goutte d'eau sur la paroi plastique, et facilite l'écoulement des condensats).

  • conduitd200
  • Le traitement antibactérien est un traitement de surface, il ne permet pas d'améliorer la qualité de l'air, il limite la possibilité de développement bactérien sur la surface du conduit. On le retrouve sur certains conduits spécifiques. Il n'est pas prouvé aujourd'hui que ce traitement ait une incidence positive sur la qualité de l'air intérieur. 

  • regard puits canadienLa résistance à l'écrasement (rigidité circonférentielle SN) : Le puits canadien doit pouvoir supporter la charge verticale, qui est la somme du remplissage de la tranchée (terrain) et du poids des véhicules qui peuvent circuler dessus. Le cas échéant, on ajoutera l’influence du niveau phréatique existant.
    - Si le conduit est enfoui entre 0.80m et 4.00m, la classe 4 (SN4) est suffisante (Sauf cas exceptionnel).
    - Si le conduit est enfoui à plus de 4.00m, la classe 8 est requise (SN8).
    Ces prototypes de tranchée constituent les cas de base, mais il est absolument recommandé d’effectuer le calcul mécanique qui permettra de connaitre, à partir des conditions d’installation, le comportement du tube et de définir ainsi précisément sa classe SN et, au besoin, de modifier n’importe quel autre paramètre de l’installation.

  • L'étanchéité à l'eau/radon (Protection contre l'infiltration IP) : Les conduits sont classés selon la norme IP (ingress Protection / protection contre l'infiltration). Cette norme est employée pour indiquer la protection environnementale des gaines. La cote IP est composée de deux chiffres, le premier se rapportant à la protection contre les contacts accidentels et corps étrangers, le second contre l’eau et les liquides. Plus le nombre est élevé, meilleure est la protection.
    Un niveau d'étanchéité de réseau insuffisant peut conduire à ce que l'installation soit noyée par l'eau du terrain, rendant le puits canadien définitivement inutilisable sans nettoyage complet de l'intérieur des collecteurs. Il est donc impératif que le conduit puisse être immergé sans dommage. La classe d'étanchéité IP68 est recommandée en cas de problème d'infiltration d'eau ou de radon.

IP67

 

Les collecteurs :

La gaine "électrique" en polyéthylène type TPC

  • gaine elec

    Elle est annelée et est disponible en couronne de 25m, extensible avec un manchon. Ce tuyau est utilisé pour le passage de gaines électriques à environ 80cm du sol.
    Le conduit doit avoir une paroi lisse intérieure, l'eau de condensation stagnerait dans les anneaux autrement, et faciliterait les proliférations bactériennes. Le poinçonnement possible du tuyau fait qu'il est impératif de réaliser un lit de sable.
    En général, la gaine électrique obtient un classement SN4 (résiste jusqu'à 4m de profondeur) mais dans tous les cas, elle n'est pas étanche. Le conduit comme les raccords peuvent laisser passer les gaz (radon notamment) et l'eau contenue dans le sol.

Avis : Bon marché mais le collecteur peut être noyé si le sol est peu perméable ou présente des risques de remontées de nappe phréatique ou rivière. Comme tous les conduits souples, la mise en oeuvre doit être soignée sur du sol compacté et lit de sable pour éviter la formation de points bas non désirés.

Le béton, la terre cuite

  • Les éléments sont disponibles en dimension 6m ou 3m selon leur taille, du diamètre X à X. Les conduits ont une extrémité male et femelle et sont fichés les uns dans les autres par emboitement, un joint en bitume réalise l'étanchéité entre les éléments. Ces produits sont usuellement utilisés pour réaliser des réseaux de collecte des eaux de pluie et eaux usées.

    Les conduits en béton ou assimilés ont une bonne conductivité thermique, ce qui leur permet d'assurer un bon échange de calories avec l'air circulant dans le puits, ils sont en revanche relativement perméables, ce qui peut permettre au radon de s'infiltrer dans le réseau. Ils sont obligatoirement mis en oeuvre en tuyaux rigides, qui nécessite un engin de terrassement pour soulever et disposer l'élément dans la fouille. Les conduits ont une excellente durée de vie mais leurs joints doivent être réalisés dans de bonnes conditions pour être étanches. Cette étanchéité est liée à la durée de vie de ce joint, généralement réalisé à base de X. Le béton est neutre d'un point de vue sanitaire.

    Les conduits sont généralement rugueux en face interne, et il n'est pas aisé de réaliser des courbes, qui ont un rayon de courbure important

Avis : Solution coûteuse et difficile à mettre en oeuvre. Etanchéité difficile à assurer.

Le PVC rigide d'assainissement

  • C'est une alternative bon marché qui ne présente pas de garanties pour permettre son emploi comme échangeur géothermique. Le matériau fait l'objet d'une polémique : les problèmes environnementaux liés à son utilisation intensive font que quelques pays en ont déjà restreint l'utilisation (Suède - réduction du phtalate de DEHP ; Danemark - réduction des phtalates ; Allemagne/Autriche/Suisse - abandon progressif du PVC). Celui-ci peut également poser des problèmes de santé à deux niveaux. Le PVC rigide contient beaucoup de chlore (55%) qui peut être dégagé dans l'air ambiant à cause de la lumière et de la chaleur, et du frottement de l'air sur le matériau. La composition du produit intègre également des additifs (stabilisants, retardateurs de flamme, charge, ...) dont les composés peuvent être dangereux s'ils sont relâchés dans l'air : cadmium, phtalates, pigments à base de chrome ou plomb.

  • Utiliser un tuyau en PVC qui est enterré dans le sol devrait le protéger de l'usure provoquée par les rayonnements UV, mais il faut garder à l'esprit qu'aucune étude sérieuse n'a été faite pour mesurer la quantité de COV dégagée par le frottement de l'air sur le tuyau (les différents additifs sont plus nocifs que le chlore), sur une longue période.
    Attention toutefois à ne pas tomber dans la psychose : s'il existe des possibilités d'échange entre le conduit en PVC et l'air insufflé, la proportion possible de polluants présents dans l'air de la maison à cause de cet échange reste anecdotique par rapport au PVC présent dans d'autres matériaux en contact direct avec les occupants.
    Les préconisations de mise en oeuvre sont les mêmes que pour le béton -voir plus haut-

Avis : Bon marché mais les produits PVC d'assainissement ne sont pas de qualité alimentaire. Ils ne devraient pas être utilisés pour cet usage.
Voir notre dossier sur les polluants volatils

Le PEHD souple qualité alimentaire

PEHD soupleCette gaine souple est la solution la plus utilisée Outre- Rhin pour réaliser des puits canadiens. Ces tuyaux ont reçu un traitement antistatique et disposent d'une rigidité annulaire de 8KN/m² qui en font une solution sécurisée pour ce type d'utilisation. Ils sont disponibles en diamètre 160 et 200 selon les fabriquants et en longueur de 25 ou 50m afin de limiter les liaisons intermédiaires. Les raccords étanches classent le produit IP68.

 

Le PEHD rigide qualité alimentaire

PEHD soupleVariante de la gaine souple dans le cadre où les conduits rigides sont plus adaptés. Ce polyéthylène haute densité est un mélange de carbone et d'hydrogène et est utilisable en tuyau pour des usages "alimentaires". Il est généralement disponible en barres de 6m. L'absence de composés toxiques rend le produit plus sécurisant dans le cadre d'une utilisation comme échangeur thermique de puits canadien. Les préconisations de mise en oeuvre sont les mêmes que pour le béton -voir plus haut-.

- Le grès vitrifié ou le polypropylène rigide

Il est utilisé pour des puits canadiens réalisés avec des collecteurs en barre rigide. Ils se présentent en barre rigide de 6 m et nécessitent des liaisons étanches intermédiaires. La surface intérieure a reçu un traitement antistatique et antibactérien. Les préconisations de mise en oeuvre sont les mêmes que pour le béton -voir plus haut-

Le circuit du puits

Tout dépend de votre terrain et des contraintes qu'il génère. Dans les constructions neuves, vous pouvez utiliser les tranchées d'adduction pour réduire les coûts de terrassement (il suffit juste de creuser plus profondément). Vous pouvez également réduire la longueur de la tranchée (voir paragraphe suivant) en faisant plusieurs conduites en parallèle. Comme le débit d'air est réparti sur chaque conduite, le diamètre de celle-ci peut être réduit, le transfert de chaleur en est amélioré.
Il faut éviter les coudes car ils conduisent à une augmentation des pertes de charges. Le trajet doit être fonction de l'altimétrie du terrain pour réduire la quantité de terre à déplacer.
La possibilité d'utilisation en couple avec les tranchées techniques dépend du tuyau que vous aurez retenu. Les prescriptions de mise en oeuvre diffèrent entre une gaine souple et un tuyau rigide. Ne réalisez pas votre tranchée d'assainissement sur un tuyau de puits canadien. Le sol compacté se tassera et cassera votre tuyau d'assainissement.

La longueur de la conduite enterrée est déterminée en fonction du renouvellement d'air souhaité. C'est la donnée la plus importante. Plus le trajet est important et plus la température de l'air sera proche de celle de la terre. Il faut compter "en moyenne" un trajet d'au moins 50m pour obtenir un impact intéressant (ou 2x 25m) quand le collecteur est en diamètre 200.

simu puits

Comme le montre le graphique, au-delà d'une certaine longueur, augmenter la distance ne fait plus que générer des gains très faibles. Cette simulation a été créée par rapport à une situation donnée et ne s'applique évidemment en aucun cas à tous les projets.
La profondeur d'enfouissement du collecteur détermine l'amplitude maximale des gains. Plus la conduite est profonde, plus la température du sol est stable, aux alentours de 15°C.
Il faut descendre au-delà de 1.20m minimum, ensuite plus on descend en profondeur et plus le gain en température sera faible. Tout du moins, il ne se justifiera plus par rapport à l'investissement en terrassement. 1.80m pour la profondeur d'une conduite est un bon compromis.
La distance minimale entre la canalisation et la maison à préchauffer est de 80cm. De même si des conduits sont disposés en parallèle. En deçà, l'impact du puits canadien diminue considérablement à l'usage.
Le puits doit être disposé à l'extérieur. Éviter les installations sous maison. Une part du rendement d'échange est déterminée par la teneur en eau du sol. Un sol sous maison est sec car il n'est pas lessivé par les pluies. Les calories contenues ne sont pas renouvelées par les apports solaires.

La gestion des condensats

defaut remlaiL'air qui circule dans la conduite enterrée va en se réchauffant/refroidissant, condenser sa vapeur d'eau en fines gouttelettes. Celles-ci vont stagner dans le puits, favorisant ainsi un développement fongique et bactérien, et risquant à court terme d'empêcher l'air de circuler. Aussi, des mesures sont à prendre pour évacuer la condensation du puits.
Les quantités d'eau constatées dans les puits canadien en fonctionnement varient entre pas d'eau du tout et quelques litres par an. L'été, où le phénomène est le plus important, l'air peut condenser jusqu'à un litre d'eau par jour.
Une pente de 2% est réalisée pour permettre à l'eau de circuler dans le puits jusqu'au point bas, duquel on pourra facilement traiter tous ces condensats. Il convient donc lors du terrassement de faire attention à la constance de cette pente et de prévoir une conduite lisse pour éviter la stagnation d'eau.

defaut remlaiCi-dessous, un contre-exemple ou le collecteur n'est pas posée sur une assise parfaitement compactée; la terre supportant le puits canadien s'est affaissée sur le dernier mètre avant la pénétration du collecteur dans le bâtiment. (Ici un siphon en sous sol récupère les condensats), L'eau de condensation du puits canadien stagne dans ce point bas, ne peut pas être évacuée.

 

Infiltration ou récupération ?

defaut remlaiSi la maison possède un sous-sol, la récupération des condensats ne pose pas de problèmes, puisqu'elle peut se faire dans celui-ci avec un double té avec siphon. Il est possible de nettoyer ou rejeter les condensats dans les eaux pluviales parce que l'endroit est accessible.
Dans le cas d'une maison sans sous-sol, le point le plus bas se trouve avant la maison et il convient donc de réaliser un regard de visite qui permettra soit l'infiltration des condensats dans le sol, soit la récupération des condensats par une pompe de relevage des condensats.
Si les deux solutions existent, la prudence est de mise. Tous les sols ne se prêtent pas à l'infiltration des condensats dans le sol. Le risque n°1 de toute installation puits canadien est que l'eau du sol soit aspirée par le regard et immerge le collecteur qui est alors définitivement hors service.

Ci-dessous, un exemple classique de regard béton avec infiltration des condensats. On constate des remontées d'eau du sol par le regard et l'inondation du collecteur. L'eau remonte par le bas et par la perméabilité à l'eau du regard béton. Sur cet exemple, la pompe de relevage n'a pas pu délivrer des débits suffisants et la sécurité l'a coupée, noyant le puits canadien.

regard non etanche

Si le moindre doute sur la présence d'eau existe, il est vivement conseillé de réaliser un regard en polyéthylène, connecté de façon étanche avec les collecteurs.

Système puits canadien avec siphon pour récupération des condensats

Système puits canadien avec regard pour récupération des condensats

Le système puits canadien à eau glycolée

sewt

weberL’échangeur d’air à eau glycolée + ventilateur
Ce système complet fonctionne sur le même principe que le puits canadien, sauf que le collecteur ne fait pas circuler l'air extérieur dans le sol mais de l'eau glycolée.
le circuit peut être réalisée autour de la maison, dans la tranchée des fondations.

- Le système est utilisable partout, et devra être privilégié dans toutes les configurations où le puits à air est difficilement réalisable. Couplé à une VMC hygroréglable, le rendement global du système permet une économie d’environ 50% sur les pertes de chaleur dûes à la ventilation.

Adapté pour :
- Rafraîchissement d'une ou plusieurs pièces
- Préchauffage et mise hors gel de locaux
- Ventilation en continu de la maison sur toute l'année
- Problèmes d'eau sur le terrain (remontée de nappe) ou de dureté de sol (difficulté de terrassement)

- Le système SEWT a été dimensionné pour un climat germanique où la problématique de surchauffe en été existe peu. En France, il convient parfaitement pour l'hiver mais n'atteint pas les performances d'un puits canadien à air pour le rafraîchissement. Dans l'attente d'une adaptation du système pour le climat français.

La régulation, le ventilateur et l'automatisation du puits

La ventilation :

  • regard non etanche

    La ventilation est réalisée par un ventilateur simple (pour fonctionnement avec VMC simple flux par exemple) : Le ventilateur est dimensionné pour amener le débit d'air voulu avec une perte de charge d'environ 100 Pa. Il est généralement disposé en intérieur (il peut être mis à l'extérieur) et est commandé par un boîtier de commande à plusieurs vitesses. Pour des raisons acoustiques, le ventilateur n'est pas dans une pièce de vie, même s'il est dans un caisson silencieux (SilentBox).

  • regard non etancheLa ventilation est une VMC double flux, le ventilateur de la VMC est dimensionné pour amener le débit voulu avec une perte de charge d'environ 100 Pa. Selon la gamme de la VMC, le boitier de commande est un boîtier 3 vitesses, ou une horloge (programmation du fonctionnement de la VMC), ou un capteur Co2 ou hygrométrique qui fait varier le taux de ventilation.
    Il faut pouvoir by-passer l'échangeur de la VMC en été pour que l'effet positif du puits canadien sur les températures estivales soit possible. Soit l'échangeur est enlevé et remplacé par un « kit été », soit le by-pass est un clapet qui fait bifurquer l'air automatiquement.

regard non etancheLa régulation du fonctionnement du puits est rendue nécessaire par le fait que l'action de ventiler en intersaison avec un puits canadien a une conséquence négative sur le bilan thermique de la maison. S'il fait 20°C en air extérieur, passer par le puits canadien ramène la température d'air à 12°C, produisant un inconfort thermique. Cette régulation du fonctionnement peut être manuelle (une simple vanne étanche pour transiter le passage de l'air vers une grille extérieure directe), ou automatique : un thermostat extérieur pilote un clapet avec servomoteur pour le fonctionnement de la ventilation.

 


Thermostat extérieur

La distribution intérieure, la typologie des conduits, le positionnement des bouches,

Les bouches

regard non etancheLe puits canadien est raccordé sur toutes les pièces de vie du bâtiment. Les bouches du puits se substituent aux grilles d'aération en menuiserie qui n'ont plus lieu d'être. Les bouches d'extraction et le système de VMC n'est pas modifié par la réalisation d'un puits canadien. Les bouches sont placées dans les séjours, salons, bureaux, chambres. Il n'est pas nécessaire d'en prévoir sur les pièces de transit.

 

 

doc paul

regard non etancheLes bouches sont placées de manière à disposer d'un renouvellement d'air de pièce le plus total. Si les diffuseurs sont au plafond (type diffuseurs rond), ils sont placés à l'opposé de la porte (qui est détalonnée pour le transit de l'air). Si les bouches sont murales (type grilles à ailettes orientables) elles sont positionnées à 0,80m du sol, assez loin des lits. Les bouches peuvent être disposées au dessus des portes de transit dans le cas où des grilles à ailettes poussent l'air vers le fond de la pièce. Les bouches au sol sont à éviter (poussières, entretien, usage des pièces...)

En cas de diffusion filaire (voir plus loin), des bouches proches peuvent transmettre les bruits d'une pièce à l'autre (la téléphonie). Des atténuateurs spécifiques sont prévus pour limiter ce phénomène. Ce sont des éléments à disposer dans le conduit avant la bouche.

 

position bouches

Les conduits de ventilation

Il est une chose à préciser en introduction : les conduits d'insufflation d'air ne sont pas les mêmes que les conduits d'extraction. Le réseau doit être pensé et mis en oeuvre de manière à avoir une acoustique irréprochable.

regard non etancheLe réseau principal est généralement réalisé en conduits rigides, acier galvanisé, conduits en PE à emboitements. Ce réseau principal est isolé thermiquement par 50mm d'isolant autour du conduit. Ce sont des conduits de diamètre 160 au minimum. Ils comprennent le réseau de la sortie du collecteur puits canadien au ventilateur, le réseau d'air neuf direct, les accessoires (silencieux de gaines, caissons filtres, batteries de chauffage, etc...). Les conduits doivent être étanches à l'air (évidemment) et comprendre le moins de coudes possibles à l'aspiration immédiate du ventilateur.

distribution

  • La distribution intérieure est réalisée par branches (réseau filaire) auquel cas, le conduit principal se divise en plusieurs tronçons jusqu'à chaque bouche. Les réseaux filaires nécessitent un équilibrage des débits au niveau des bouches car chaque tronçon va répartir l'air en fonction de sa perte de charge (longueurs, coudes,...). Les débits sont régulés au niveaux des bouches (régulateurs ou atténuateur de débit) pour atteindre des débits semblables sur tout le réseau.
    On utilise des conduits rigides en acier galvanisé, des conduits souples en aluminium isolé acoustiquement par 25mm de laine minérale, où le cas échéant des conduits plastiques plats à disposer en faux plafond.

  • regard non etancheLa distribution intérieure est réalisée par un répartiteur (réseau en pieuvre) auquel cas, le répartiteur décompose le réseau en autant de conduits que de bouches à desservir, chaque conduit dessert une bouche au maximum. Si les distances sont égales entre les tronçons, il n'est pas nécessaire d'équilibrer les débits.
    On utilise des conduits flexibles en polyéthylène de petit diamètre 75 ou 90 mm pour la distribution intérieure.

Il y a plusieurs niveaux de qualité pour les conduits, et également des systèmes qui sont mieux conçus que d'autres, qui permettent de minimiser les fuites au niveau des raccords et de gagner du temps à la mise en oeuvre.

  • regard non etancheLes conduits en aluminium souple ne sont pas chers, mais ils sont difficiles à parfaitement étancher. Ils sont plutôt utilisés pour des réseaux filaires et dans ce cas avec les raccords nécessitent un temps de mise en oeuvre important. Ils restent fragiles. En insufflation, on utilise plutôt des conduits microperforés avec de la laine de verre de 25mm pour avoir une acoustique convenable. Aldes propose une variante avec les algaines qui sont en PVC.

  • Les conduits en PE type flexpipe sont nettement plus chers, quand on ajoute le prix du caisson de répartition et des plénums de distribution (pièces permettant le raccordement du conduit sur la bouche d'insufflation ou d'extraction). Cependant, ils sont nettement plus robustes et permettent d'obtenir une bonne acoustique par le caisson de répartition et des débits calibrés de fait, sans réglage. Ces conduits peuvent être entretenus. Les professionnels se régalent avec ses produits par rapport aux conduits alu parce que la mise en oeuvre est simple et rapide. Les fabriquants ont estimé que le temps de mise en oeuvre était divisé par deux, (si le gain de temps est répercuté sur le devis, cela doit complètement pondérer le surcoût du produit.)
  • Les conduits en acier galva sont plutôt utilisés pour faire les conduits principaux de gros diamètre. Ils ont une bien moindre perte de charge que les conduits souples alu, mais ils ne sont pas adaptés pour faire la distribution directement au niveau des bouches. Une alternative existe depuis peu de temps avec les conduits "isopipe", qui sont des conduits rigide en polypropylène, qui s'emboîtent sans raccord. Ils devraient bientôt devenir une vraie alternative à l'acier galva étant donné le gain de temps de mise en oeuvre.

  • Les conduits rigides en plastique sont des alternatives plutôt utilisées pour l'extraction, mais on peut les utiliser aussi pour l'insufflation, il faut par contre équilibrer les débits sur les bouches et améliorer l'acoustique en amont (avec des silencieux). Très pratique pour les passages en faux plafond.

  • Les conduits rigides en acier à disposer en dalle sont très peu utilisés car on fait peu de double flux en France et l'usage de ce type de conduit ajoute un coût à la ventilation qui fait fuir tout le monde. Mais ce n'est pas forcément justifié.

Les conduits de distribution n'ont pas à être isolés thermiquement s'ils sont placés dans un volume chauffé. Réduisez au maximum les longueurs et évitez le passage dans des volumes non chauffés (combles, vide sanitaire, etc..).
Les conduits principaux (rejet et prise d'air) doivent être isolées thermiquement par 50mm d'isolant au minimum si la ventilation est à double flux.

Evaluer la rentabilité financière

 

Coût moyen d'un puits canadien

On voit circuler sur internet beaucoup d'exemples de puits canadiens dont le coût d'investissement est inférieur à 1000 euros. Il est important de voir au-delà de ces prix ce que comprend l'installation. Le présent article montre que sous la dénomination puits provençal ou puits canadien, on retrouve une installation de ventilation complexe, qui peut être autoconstruite avec des matériaux bon marché mais pas forcément garants d'une bonne tenue dans le temps, ou réalisée par des professionnels couplée à une vmc double flux et un réseau de distribution d'air.

Il est des équipements dont l'usager ne peut se passer :
- Un tuyau enterré dans le sol avec une pente suffisante
- Une récupération des condensats
- Un ventilateur adéquat pour souffler l'air dans la maison

Il est des équipements qui permettent à l'installation de pouvoir durer dans le temps et limitent les risques sanitaires mais qui ne sont pas toujours mis en oeuvre :
- Une entrée d'air avec grille et préfiltre
- Deux points de visite pour entretien de l'installation
- Un tuyau sans émissions de polluants, dont les joints sont IP68, qui est enrobé dans du sable

Il est des équipements qui améliorent le confort de l'installation :
- Un ventilateur silencieux, et des gaines isolées, des silencieux ou atténuateurs de débit
- Un filtre en bout de circuit, pour assurer une qualité d'air optimum
- Un by-pass automatique avec thermostat et entrée d'air direct, pour fonctionnement régulé optimum

Et enfin, le choix entre un ventilateur ou une installation double flux avec échangeur génère un surcoût d'investissement mais offre des avantages supplémentaires.

Il n'existe pas de norme à ce jour qui définisse précisément ce que doit comprendre un puits canadien pour être appelé puits canadien. Il n'existe donc pas de coûts permettant une juste comparaison mais une fourchette de prix dépendant du niveau d'équipements compris dans l'installation, la qualité des produits et l'automatisation, et de la réalisation ou non du procédé par un professionnel qualifié.
Avant d'émettre un jugement sur le coût important d'une installation par rapport à d'autres installations présentées sur internet, comparez les prix par rapport au matériel présent dans les solutions, ainsi que les conditions de mise en oeuvre (professionnel, autoconstructeur). Dans certains cas, le puits canadien se limite à l'enfouissement d'une gaine électrique sur 30m et un petit ventilateur axial qui dessert une pièce. Il est évident qu'une installation de 50ml de conduits de qualité IP68 avec borne en inox, régulation automatique du puits, VMC double flux haut rendement et distribution intérieure en conduits souples PE, réalisée par un professionnel ne coûteront pas le même prix. Mais les installations n'ont rien de comparable.

La fourchette de prix varie entre 300 euros et 10000 euros pour un pavillon de 150m² en fonction de tous ses paramètres. L'objectif étant bien sur de se situer dans une fourchette de prix se situe le moins cher possible mais en disposant au minimum des élements permettant d'assurer la performance et la qualité sanitaire de l'installation.

 

Rentabilité d'un puits canadien ou d'une vmc double flux

Les économies de fonctionnement que permet un puits canadien dépendent de nombreux paramètres. Ces exemples sont réalisés sur des bases optimales (climat, distribution, énergie).

Le cas d'école : chauffage convectif bon marché mais onéreux en fonctionnement :

Le projet est une maison neuve, construite selon des techniques récentes, niveau d’isolation correct mais peu d’inertie. Elle est construite dans un lotissement, sans aucune préoccupation d’orientation des façades. Elle peut facilement surchauffer.
Le chauffage de la maison est tout électrique, par panneaux rayonnants et convecteurs.

Analyse du graphique :
Le puits canadien sur une maison “traditionnelle” est généralement rentable car les consommations de chauffage sont importantes. Ce n’est toutefois qu’une solution
palliative, permettant d’apporter un rafraichissement (nécessaire) à moindre coût, qui trouve son interêt uniquement parce que ce type de construction surchauffe
très facilement
.
La rentabilité de l’installation est dépendante du coût d’achat de l’énergie. Plus le prix du kwh est important est meilleure est la rentabilité de l’installation.
Le COP (coeff de performance) est de l’ordre de 12, le puits fonctionne 4500 heures/an et consomme 135 kwh. Il permet des économies de 1700 kwh par an.
L’installation diminue de 16% la facture énergétique du projet et apporte une solution de rafraichissement.

Note sur les résultats :
Maison de 120m² hab, climat continental, consommations énergétiques évaluées à 80 kwhef/m²/an, soit 9600 kwh. Le cout énergétique moyen est de 0.095 euro/kwh (moyenne heures creuses/ heures pleines).

 

La VMC Double flux pour distribuer la chaleur dans la maison

Le projet est une maison neuve, construite selon des techniques récentes, niveau d’isolation correct mais peu d’inertie. La problématique estivale est ici secondaire. Le chauffage principal est un poêle à bois.

Analyse du graphique :
Un poêle à bois convectif seul ne peut pas diffuser sa chaleur dans toute la maison, il faut donc investir dans un chauffage de complément, dans l’exemple ci-contre un
chauffage électrique par le sol (PRE).
Une VMC double flux performante permettrait de répartir la chaleur du poêle dans toute la maison. C’est un investissement qui se substituerait au chauffage de complémentélectrique. Ce couplage est donc toujours rentable. Le puits canadien augmente le rendement global de la VMC en hiver mais n’est ici utile que pour produire un rafraichissement estival.
Le COP est de l’ordre de 6, la VMC fonctionne 8760 heures/an et consomme 430
kwh. Elle permet des économies de 2500 kwh par an. L’installation diminue de 45% la facture énergétique du projet et apporte une solution de rafraichissement.

Note sur les résultats :
Maison de 120m² hab, climat continental, consommations énergétiques évaluées à 80 kwhef/m²/an, soit 9600 kwh. Le cout énergétique moyen est de 0.070 euro/kwh (moyenne électrique/bois) dans la 1ere solution, 0.040 euro/kwh dans la deuxième solution (bois uniquement).
Avertissement : le fonctionnement de ce couplage dépend des déperditions de la maison, du rendement du poêle et de la distribution des pièces, il est conseillé de faire vérifier le couplage par un thermicien pour en vérifier la faisabilité.

Ces deux premières comparaisons permettent de montrer la pertinence d'une installation double flux (ou d'un puits canadien) dans le cas d'un système convectif pour une utilisation hivernale en climat continental.
Le deuxième exemple est transposable facilement sur une maison "basse énergie" ou "passive". Le surcoût d'installation d'un réseau de ventilation double flux dans la maison est en réalité un "moindre coût" puisque cette installation est l'installation de diffusion de chaleur du chauffage, soit directement (batterie électrique ou eau chaude sur l'insufflation, soit indirectement (poêle à bois). Il n'est pas utile d'investir dans un plancher chauffant.

 

Le puits canadien avec un chauffage radiant performant

Même maison que précédement mais avec chaudière automatique à bois granulés et plancher chauffant.

Analyse du graphique :
Le puits canadien sur une maison récente équipée d’un chauffage central performant (pompe à chaleur, chaudière bois) avec une diffusion par plancher chauffant n’est jamais rentable car le prix d’achat de l’énergie est faible.
Le puits est une solution de confort, qui améliore la qualité de l’air (filtration) et préchauffe l’air entrant mais l’investissement ne peut pas être envisagé uniquement dans une approche économique.
Le COP est de l’ordre de 4.5, le puits fonctionne 4500 heures/an et consomme 135
kwh. Il permet des économies de 1200 kwh par an. L’installation diminue de 12% la facture énergétique du projet et apporte une solution de rafraichissement.

Note sur les résultats :
Maison de 120m² hab, climat continental, consommations énergétiques évaluéesà 80 kwhef/m²/an, soit 9600 kwh. Le cout énergétique moyen est de
0.045 euro/kwh.

 

Conclusion : Il est évident que les ordres de grandeur de prix mentionnés dans ce comparatif sont une base indicative pour déterminer le seuil de rentabilité du puits canadien. Ils dépendent de nombreux paramètres, notamment des aides locales qui n'ont pas été prises en compte. Les prix comme les ratios de fonctionnement sont amenés à évoluer, il est donc possible que vous constatiez des prix plus ou moins élevés.
Cet exemple ne vise qu'à montrer que le puits canadien est une solution économique quand il est réalisé dans une optique de substitution à un tiers équipement. Il y a de plus grandes chances que la vmc puisse se coupler avec un poêle si la maison est performante, mais cela peut ne pas fonctionner. Dans tous les cas, faites dimensionner ses systèmes pour vérifier leur adéquation à votre projet.

Note sur les pièges des calculs de rentabilité du puits canadien :

Il est assez fréquent que les entreprises qui proposent des puits canadiens appuient leur démarche sur des calculs de rentabilité. Quelques remarques pour ne pas se faire avoir.

  • Le choix de l'équipement de ventilation est déterminant dans la rentabilité d'une installation. Nous vous conseillons de vérifier que son coût de fonctionnement est intégré lorsque l'on vous donne des économies en kwh générées par le puits canadien. Il n'est pas rare que lorsqu'un ventilateur ou une vmc est surdimensionnée, le coût de fonctionnement des auxilliaires pondère largement les gains attendus du puits.

  • Les économies en kwh calculées sont dépendantes pour une large part des débits pris en compte dans la simulation. Il est très facile de sur-estimer les gains en économie d'énergie d'hiver en doublant les débits de ventilation en hiver (ce qui induit des pertes thermiques bien supérieures à un fonctionnement normal). Le gain attendu en kwh est très important mais il n'a rien de réaliste. Pour une maison individuelle de 150m², les économies de fonctionnement en hiver ne dépassent jamais 1500 kwh si le puits fonctionne avec un ventilateur, 3000 kwh avec une VMC double flux haut rendement. Si l'on vous annonce plus, c'est parce que les hypothèses de calcul favorisent un taux de renouvellement d'air très largement supérieur à la règlementation.

  • Les échangeurs de chaleur des VMC double flux dépassent très rarement 90%, même dans le meilleur des cas. Il ne faut pas se fier aux données constructeur et leur retirer 12% par défaut (sauf si certificat type PHI). Le rendement réel d'un échangeur de chaleur varie selon la position de la VMC (espace chauffé ou non), l'isolation des conduits d'air neuf et rejet. Ne pas prendre en compte ces données revient à surestimer largement le rendement réel de récupération de chaleur.
    Liste des matériels certifiés par le PHI.

  • Les économies estivales calculées ne sont pas réalisées selon un besoin mais une possibilité matérielle. La nuance est importante car dans la plupart des climats francais, le nombre de jours de surchauffe dépasse rarement 15jours par an. Les apports du puits peuvent être sur-estimés en sur-estimant la capacité de la maison à surchauffer (et donc la nécessité d'apporter du froid). Quand il s'agit d'une maison neuve (permis de construire déposé après septembre 2006, hors zone H3), nous signalons également que son constructeur se doit de la maintenir en situation de confort en toute saison sans recours mécanique.
    La seule manière d'estimer un gain de puits canadien en été est la simulation thermique dynamique. Les logiciels de calculs gratuits ne font qu'estimer une possibilité.

Etudes de cas

 

Note concernant les schémas : Les notes attribuées aux différentes solutions ne prennent pas en compte la conception de la maison, ni le climat. Si votre maison ne surchauffe pas (parce qu'elle est bien conçue ou se situe dans un climat favorable), il est évident que la note d'été n'est pas à prendre en compte de la même manière qu'une maison qui monte en température facilement.
Ces solutions décrites ne sont pas les seules qui existent.

VMC Simple flux par extraction

Ce procédé qui est le système de base installé dans les maisons parait absurde dès lors que l'on le schématise. Pour avoir chaud, on va chauffer l'air, et pour maintenir une ambiance agréable, on le fait sortir dehors. Plus les différences de température entre l'intérieur et l'extérieur sont fortes et plus les consommations d'énergie seront importantes.


Si la VMC est hygroréglable, les débits sont régulés en fonction de l'humidité relative des pièces. Les fabricants estiment le gain thermique de l'ordre de 10 à 35% (Des pertes par ventilation).
Il est possible de connecter sur un ventilateur un puits canadien, décentralisé par rapport au système de VMC, généralement, seule une pièce est desservie directement par l'air du puits, les chambres conservant leurs entrées d'air directes. Les débits sont réglés pour que la somme de l'air insufflé corresponde à l'air repris.

Le puits canadien est utilisé de façon ponctuelle, uniquement en hiver ou en été. Soit l'on "by-pass" l'air du puits pour prélever l'air en direct, soit le ventilateur est éteint, et des entrées d'air dans la pièce d'insufflation sont mises en fonctionnement.

A retenir :
Une installation sur VMC simple flux donne un effet variable au cours de l'année.
L'hiver, on préchauffe, l'été on rafraîchit, mais en demi-saison, le puits canadien doit être arreté sinon il refroidit la maison, augmentant la note de chauffage.
Le COP (coefficient de performance) du puits est de l'ordre de 10 à 15.
Ventiler l'été à partir d'un ventilateur dimensionné pour cette utilisation est une solution interessante. Les débits peuvent être augmentés afin de correspondre à un renouvellement du volume d'air de la pièce inférieur à une demi-heure.

VMC Double flux

Récupérer la chaleur de l'air extrait pour réchauffer l'air entrant permet d'assurer de bons renouvellements d'air, sans se préoccuper des déperditions engendrées par l'action de ventiler. Cette solution est d'autant plus pertinente que la maison est étanche à l'air et que ses occupants ont un mode de vie correspondant (l'ouverture des portes et des fenêtres gène le fonctionnement du procédé).

Le puits connecté à une ventilation double flux est une solution qui peut être pertinente comme n'apporter qu'un plus négligeable. Généralement, il sert à éviter à l'échangeur de chaleur de givrer sans utiliser de batterie de préchauffage. Comme il réhausse la température en amont, il diminue la performance de l'échangeur. Mais en été, il permet de rafraîchir l'air de la maison. Les solutions sont moins bien notées l'été : l'échangeur de la vmc doit être by-passé, et la possibilité d'augmentation des débits d'insufflation reste faible.

Il est un point à vérifier lors du choix de la VMC, il s'agit du débit maximum en fonction de la perte de charge du réseau. Celui-ci déterminera la capacité de la VMC à prendre l'air du puits canadien à pleine vitesse, et à le répartir en mode rafraîchissement correctement dans les pièces (type de bouches). Toutes les VMC double flux ne sont pas à même de fonctionner avec un puits canadien.
Le COP (coefficient de performance l'hiver) du puits est de l'ordre de 1 à 3.

A retenir :
Une installation sur VMC double flux permet un fonctionnement sur l'année
et une installation complètement automatique.

 

Conclusion :
Un puits canadien est un moyen très intéressant pour rafraîchir l'air, mais comme tous les systèmes, il se doit d'être mis en oeuvre dans de bonnes conditions. N'oubliez pas également que tous ces systèmes s'entretiennent, pour donner la même qualité d'air dans le temps et garantir un fonctionnement durable.


Questions / Réponses

 

Voici un condensé des questions les plus fréquentes que vous nous posez sur le puits canadien.

Quelles performances attendre d'un puits canadien ? Est-ce interéssant chez moi ?

Contrairement à une climatisation, il n'est pas possible de savoir à l'avance quelle sera l'efficacité du rafraîchissement d'un puits canadien.
Il est possible de déterminer la différence de température entre l'entrée et la sortie du puits, mais la température ressentie dépend du mélange de cet air rafraîchi et de l'air intérieur, qui fluctue en fonction de facteurs externes difficiles à appréhender : apports solaires extérieurs et apports calorifiques internes (métabolisme, appareils ménagers) et des paramètres de la ventilation.
Enfin, le rafraîchissement est conditionné au taux de renouvellement d'air, qui doit être élevé pour que le puits soit efficace. On retient en moyenne 2/3 volumes/heure pour le rafraîchissement d'une pièce. D'une manière générale, il est plus facile de rafraîchir une pièce que toute une maison.

 

J'ai entendu dire que le puits canadien était source de développement de différentes bactéries, notamment la salmonelle.

Il existe des constructeurs qui utilisent ces arguments pour dissuader leurs clients d'installer un puits canadien. Rappellons que la Salmonelle est une bactérie qui se transmet uniquement par ingestion d'aliments contaminés, qui fait l'objet de médiatisation notamment par rapport aux produits lactés. Si elle est naturellement présente chez les volailles et les porcs, elle n'a absolument aucune chance de se retrouver dans un puits canadien.

Dans notre cas, le constructeur voulait parler de la bactérie de la légionelle (il a confondu les deux, ce qui montre son expertise sur le sujet), qui est effectivement une bactérie pathogène qui peut se développer dans les réseaux de refroidissement dans certains cas, elle est transmise à l'homme par inhalation d'aérosol d'eau contaminée. Il lui faut de l'eau stagnante pour se développer, la température optimale se situant entre 35 et 40°C. Les conditions de développement de la bactérie ne sont pas réunies dans un puits canadien s'il est bien réalisé. En été, la température du puits canadien ne dépasse pas 15° (si le puits est à 1.50m de profondeur), la bacille ne peut pas se developper dans ces températures. De plus, si une pente est réalisée pour récupérer la condensation, il n'y a pas d'eau qui stagne.

 

Quelles garanties encadrent la réalisation du puits canadien ?

Si le puits canadien est réalisé par les particuliers :
Alors elle ne fait l'objet d'aucune garantie sur sa réalisation, notamment la décennale. Le matériel en lui-même peut faire l'objet de garanties de fonctionnement (en fonction des constructeurs de ventilateurs).

Si le puits est réalisé par des professionnels :
Le puits canadien fait intervenir deux métiers différents : le terrassement et la ventilation. La mise en place de la gaine du puits fait appel à une norme définissant la mise en place des gaines électriques. Même si l'utilisation est différente, s'il s'agit de gaines souples dédiées à la VRD, dont les contraintes mécaniques ont été testées pour ce type de profondeur. Sa réalisation fait donc l'objet du même mode opératoire et donc des mêmes garanties que les autres gaines (électriques, AEP).
Pour toute la partie "ventilation", il faut savoir qu'il n'existe pas aujourd'hui d'intervenant spécialiste de la ventilation en maison individuelle, aussi le système étant plus complexe que la pose d'un kit VMC simple flux autoréglable classique, vous pouvez avoir des réticences d'électriciens qui n'en ont pas l'expérience. Toutefois, le système se démocratisant peu à peu, de plus en plus d'artisans acceptent de réaliser la mise en oeuvre du système de ventilation.
Il n'existe pas/peu d'entreprises spécialisées dans la pose de puits canadien en maison individuelle pour le moment.

Il faut savoir que rien n'empêche à l'heure actuelle la mise en place de ce type de système de ventilation. Il n'existe pas d'avis techniques du CSTB sur la ventilation d'une manière générale.

 

Pourquoi dites vous que la vmc double flux n'est pas une solution pertinente dans les climats océaniques et semi continentaux ?

Nous ne disons pas cela. Nous disons que chaque projet doit être pensé dans sa globalité. Cela inclut le système de chauffage, qui en fonction de sa diffusion, augmentera ou réduira les pertes par le biais de la ventilation et les matériaux/orientation solaire qui feront que la maison montera en température ou non.
Beaucoup de gens se réfèrent sur les standards de maison passive (PassivHauss, Minergie) au niveau des matériels sans prendre en compte le fait que le climat sur lequel ils construisent est différent. Un climat où les amplitudes de températures sont fortes l'hiver, et la période de chauffe longue sur l'année trouvera dans une vmc avec échangeur de chaleur performant une solution pertinente parce que les pertes par ventilation représentent une part non négligeable des déperditions.
Si vous habitez dans le sud de la France, ou en Bretagne, ou en Région Centre, vous n'avez pas les mêmes contraintes. La VMC double-flux n'est pas la solution optimum pour le rafraîchissement, et les économies que généreraient la mise en place d'un échangeur de chaleur resteront minimes par rapport à une ventilation hygroréglable. Les seuls avantages que conserve la solution double-flux par rapport à son homologue, c'est le filtrage de l'air, et son insufflation à température quasi-ambiante dans la maison.
Donc, pour conclure, dans le cadre d'une maison neuve, ce n'est pertinent que si vous l'envisagez pour distribuer la chaleur d'un émetteur central ou si vous vous situez dans les conditions décrites plus haut. Dans le cadre d'une installation sur existant, cela peut être intéressant, mais pas toujours, et seulement si la rénovation prévoit d'améliorer l'étanchéité à l'air des parois.

 

Quel est l'intérêt de coupler un puits canadien avec une pompe à chaleur aérothermique ?

Vous êtes nombreux à nous poser la question de l'intérêt de disposer un puits canadien et augmenter le rendement de votre pompe à chaleur simplement en disposant la sortie d'air du puits sur le module extérieur de la pompe à chaleur.
Sur le principe, le couplage est intéressant. L'hiver un puits canadien peut relativement facilement apporter un air préchauffé à 6-8°C, quelque soit la température extérieure. Un module de pompe à chaleur air/eau donne son COP instantané à +7°C (celui qui est présenté par les fabriquants) et perd en rendement ensuite quand la température diminue.
Ce principe se retrouve dans toutes les pompes à chaleur quel que soit le fabriquant, les rendements des PAC chutant plus ou moins rapidement selon les modèles et les technologies.

 

Pour une maison individuelle de 120m², si le COP était maintenu en toute saison au- delà de 3.5 au lieu d'un COP moyen de 3 (Dépend du climat sur lequel est construit le projet), l'économie serait de 20% sur la facture de chauffage (soit moins de 50 euros par an).

Reste la question du coût, qui déterminera l'intêret de l'installation, et la manière de coupler les deux procédés. Un puits canadien réalisé pour la ventilation d'une maison sera dimensionné pour faire 300 m3/h et environ 50 m de collecteur enterré. Une pompe à chaleur demandera des débits beaucoup plus importants, de l'ordre de 6 fois plus. Si l'on veut maintenir en sortie de puits une température de 6-8°C, il faudrait donc prévoir 300 m de collecteurs enterrés.
Lorsque l'intérêt premier du puits est de produire du rafraîchissement, la profondeur du collecteur n'est pas un paramètre déterminant. En revanche, si l'on couple le puits à une PAC, la profondeur d'enfouissement devra se situer au minimum autour de 1.5m-2.0m. Ce qui signifie des coûts de terrassements importants (nécessité de blinder ou taluter la fouille).
Si l'on pousse le raisonnement plus loin, on peut poser la question de la qualité sanitaire des collecteurs. Si l'on insuffle directement l'air dans la maison (ce que propose le puits canadien traditionnel), il est important que cet air soit d'une qualité irréprochable. Si on alimente une pompe à chaleur, on peut penser que les conduits de qualité alimentaire ne sont pas un impératif et passer sur une gamme moins onéreuse comme de la gaine électrique ou du conduit PVC. Il restera tout de même qu'une pente doit être créée ainsi qu'une récupération des condensats. Les conduits devront également être parfaitement étanches ainsi que la connection avec le regard. La mise en oeuvre reste donc coûteuse même si des gains peuvent être réalisés sur la qualité du matériau.

Enfin, qu'en est-il de la ventilation de votre maison en hiver si le puits canadien fonctionne sur la pompe à chaleur ? Si vous prenez directement l'air de l'extérieur, vous générez des déperditions que vous n'auriez pas eu avec le puits canadien.
Le puits canadien en ventilation vous fait économiser entre 800 et 1500 kwh en hiver (sur la base des débits réglementaires).
Couplé à la PAC pour le chauffage, il diminue les consommations d'électricité de 500 kwh.

On peut se poser la question de l'intêret de l'opération. L'air n'est pas un bon fluide caloporteur, par rapport à l'eau glycolée que l'on retrouve dans les PAC géothermiques. Vu le cout final du couplage, pourquoi ne pas directement passer sur un vrai système géothermique ?

Il existe une variante du procédé qui consiste à coupler le puits canadien à une pompe à chaleur Air/air, dans ce cas la PAC fonctionne comme une VMC thermodynamique en assurant la ventilation toute l'année, et apporte un air à une consigne voulue dans les pièces de vie. L'augmentation du rendement du procédé en hiver reste faible (de l'ordre de 10-20% si le puits canadien fait 300 ml, négligeable avec 50 ml) et pour fonctionner comme un système de chauffage complet doit assurer des débits de soufflage importants. Comme nous le disions en début de dossier, le confort thermique d'un chauffage convectif par air pulsé n'est pas ce qui se fait de mieux (voir ce chapitre).
Si le système est plus fonctionnel que dans le premier cas, le seul interet d'un couplage PAC-puits canadien se trouve à notre avis dans les maisons passives ou très basse consommation d'énergie, ou la vmc double flux est munie d'une mini pompe à chaleur de 1 KW qui permet de maintenir la consigne de température les quelques jours ou la maison a besoin d'un apport de chaleur, elle produit dans le même temps l'appoint des capteurs solaires pour l'eau chaude sanitaire.

Dans les autres cas, le cout d'investissement est trop important, et/ou le confort thermique n'est pas optimum. Et d'une manière générale il existe d'autres solutions, moins couteuses et plus confortables.

 

Peut-on mettre un puits canadien sur une maison existante ?

Comme nous le présentons dans ce dossier, l'intêret du puits canadien est variable selon le climat et le fonctionnement du bâti.
Dans une maison neuve, on peut faire en sorte de favoriser l'impact du puits canadien en travaillant sur l'étanchéité à l'air du bâti pour limiter les fuites, choisir un système de chauffage adapté, et concevoir le projet de manière à réduire l'inconfort d'été.
Dans une maison existante, on n'a pas forcément la possibilité d'intervenir sur tous ses leviers et le puits canadien peut être une solution paliative.
1- La maison surchauffe et vous cherchez une solution pour réduire cet inconfort. Le puits canadien est une alternative à la climatisation mais attention, à performances inégales. La puissance frigorifique du puits est limitée à 1,3 kW sur des installations de 50ml en Dn200.
2- Vous avez isolé la maison et calfeutré toutes les fuites d'air. Conséquence : la ventilation naturelle est insuffisante et il faut "l'aider" en saison chaude et froide. Au lieu de faire une VMC par extraction, faites une VMI connectée à un puits canadien.

Le problème qui se pose avec l'existant est résumé par le graphique suivant :

Plus l'étanchéité d'un bâtiment est mauvaise et plus le rendement réel de récupération de chaleur est faible. Lorsque l'on ventile avec une VMC simple flux, les fuites d'air permettent la ventilation du bâtiment (on crée artificiellement des fuites avec les grilles d'aération en menuiserie). Lorsque l'on met en place un système de ventilation double flux ou un puits canadien, le bâtiment est mis en surpression et n'utilise pas les fuites d'air. Il est crucial pour le bon fonctionnement de l'ensemble qu'un travail soit effectué sur l'étanchéité à l'air :
- Colmatage des orifices apparents ;
- Remplacement des joints de pourtour des menuiseries (portes d’entrée, fenêtres, trappe d’accès aux combles, etc.) ;
- Colmatage au niveau des prises et du tableau électriques.

Le deuxième problème qui se pose sur l'existant est au niveau du passage des conduits de ventilation. C'est souvent difficile de mettre en place un réseau de gaines pour distribuer toutes les pièces de vie.

Pour résumer, rien ne s'oppose à la réalisation d'un puits canadien sur une maison existante, mais cela doit s'envisager dans une réflexion globale sur la ventilation de l'habitat.

 

D'ou vient le terme puits "canadien" ?

Des systèmes de prechauffage ou rafraichissement géothermiques ont été utilisés dans l'antiquité par différents peuples, essentiellement méditerranéens. On sait que les Romains ont utilisé des conduites enterrées en terre cuite pour rafraichir certaines villas, à priori les sumériens les ont précédés dans cet usage.
L'utilisation d'un système géothermique pour le préchauffage est en revanche plus atypique, car ce n'est que dans l'histoire récente ou les problématiques de la ventilation ont émergé.
Une utilisation ancestrale de cette utilisation en préchauffage a été présentée par Claude Micmacher, architecte pionnier de l'écoconstruction en France, dans un ouvrage nommé "Manuel de la construction rurale", paru en 1977 (que vous pouvez retrouver ici). C'est finalement par hasard qu'il a retrouvé l'existence de cette technique par une peuplade amérindienne située dans le Canada d'aujourd'hui. Cette peuplade sédentaire utilisait des troncs d'arbre qu'ils évidaient et enterraient à faible profondeur, en faisant la seule entrée d'air de l'habitation. Cela leur permettait d'augmenter le confort de leurs habitations.
Depuis cette technique a été complétement oubliée et c'est donc la tradition orale qui a permis de faire remonter cet usage jusqu'à notre époque.
Au moment de la parution de cet ouvrage, l'auteur réalise différents tests pour "vérifier que ça marche", mesurer les gains de température et établir les premières règles sommaires de calcul. C'est dans cet ouvrage que l'auteur présente cette technique en la nommant "puits canadien". Grace au succès de l'ouvrage en France et au Quebec, cela conduira aux premières réalisations de puits.

Les conduits en polypropylène traité "antibactérien" sont-ils les seuls qui puissent être utilisés pour faire un puits canadien ?

Un titre un peu provocateur, pour un sujet qui n'est pas anodin.
En avant propos, nous signalons aux lecteurs que proposant des kits utilisant la gaine du fabricant Hegler, nous ne sommes pas "neutres".

A la suite d'un courrier de protestation du groupe Rehau, nous précisons, si l'article pouvait laisser un doute sur ce point que l'argumentation commerciale que nous relatons ici n'est pas celle du groupe Rehau, mais uniquement de certains installateurs peu scrupuleux.

Ce qui nous a poussé à poser la question, c'est l'attitude de certains commerciaux qui proposent et installent des puits canadiens. Cela fait des années que le système existe mais jusqu'à présent, son usage plutôt confidentiel a conduit les sociétés qui le proposaient à rester mesurées dans leurs propos. Depuis peu, certains franchissent un peu allègrement la ligne jaune en tenant un discours pour le moins simpliste. En substance :

Tous les conduits en gaine annelée conduisent à des problèmes de prolifération bactérienne. Il n'y a que le conduit AWADUKT de rehau (qui fait l'objet d'un brevet) qui, par son traitement antibactérien est sécurisé pour cette fonction de ventilation. Et, en filigrane, on vous fait comprendre que c'est l'air que vous respirez, vous et votre famille, donc il ne faut pas faire n'importe quoi.

Cette question est un "épouvantail" dans le sens où il suffit pour un commercial de poser le mot "dé veloppement bactérien" pour faire peur et convaincre le client de ne pas acheter le produit de la concurrence. C'est d'ailleurs également une façon de mettre en avant son produit en disant qu'il n'y a pas d'alternative, car tout ce que font les autres est dangereux à l'usage.

Qu'en est-il au juste sur ce sujet ?

Si nous prenons l'exellent document de minergie sur l'aération (disponible ici) qui relate l'expérience de la Suisse sur les systèmes de ventilation performants et les puits canadiens, la partie puits canadien détaille le sujet de cette manière :

Le document renvoie sur une étude réalisée par l'université polytechnique de Zurich en 1997 et disponible ici (en allemand).
B. Flückiger: Mikrobielle Untersuchungen von Luftansaug-Erdregistern.

L'étude va mesurer des installations existantes, qui sont représentatives des différents tracés et collecteurs et chercher les concentrations de différentes bactéries et champignons. Chaque couple de données représente les données d'une installation différente, présentée dans le document d'étude.

Le graphique ci dessous présente les concentrations de champignons en hiver sur l'air extérieur (bleu), la borne de prise d'air (grenat), et en sortie de bouche (jaune).

Le graphique ci dessous présente les concentrations de bactéries en hiver sur l'air extérieur (bleu), la borne de prise d'air (grenat), et en sortie de bouche (jaune).

Puis mêmes mesures en été :

Les bactéries et champignons sont ensuite classées sur le diagramme suivant leur type et leur localisation.

La troisième colonne de chaque saison considère les mesures de bactéries et champignons au niveau des bouches d'air insufflé. On constate que au contraire de certaines affirmations gratuites, les études ont plutôt tendance à montrer que le puits canadien réduit la concentration bactérienne et fongique, par rapport à l'air extérieur.

Pour être complet, signalons l'étude mentionnée sur la documentation de Rehau sur les propriétés bactéricides de son conduit (Lien retiré à la demande de la société Rehau), étude réalisée en 2003 par un laboratoire indépendant (Laboratoire Fresenius), qui présente les résultats du conduit traité aux sels d'argent par rapport à un polypropylène classique.

Cette étude, plus sommaire que l'étude précédente, se borne à disposer sur la surface intérieure d'un conduit une quantité donnée d'une bactérie pathogène, et d'observer sa propagation en 24h. On y observe que la surface du conduit de Rehau diminue de façon sensible la concentration de ses bactéries.
Toutefois, cette étude n'apporte pas de contradiction par rapport à celle menée par le laboratoire Suisse, à savoir :
- Est-ce que globalement, des problèmes de developpements bactériens sont rencontrés sur les conduits sans traitement bactéricide ? Ici, on ne mesure pas des installations existantes, les bactéries mesurées ont été inséminées volontairement.
- On ne mesure pas, dans la durée, la performance de cette surface bactéricide.
Cette étude n'est donc pas une preuve que le conduit de Rehau est meilleur d'un point de vue sanitaire que les conduits classiques.

En conclusion, nous faisons remarquer que entre la documentation minergie qui préconise entre autre du drain agricole et certains qui suggèrent que seuls les conduits traités aux sels d'argent fonctionnent d'un point de vue sanitaire, il y a un grand écart.
Au niveau de Fiabitat, nous pensons que tous les conduits qui sont étanches par rapport aux aggressions extérieures (norme IP 67-68) peuvent fonctionner. La principale problématique étant la présence d'eau dans le puits canadien.
Car si de l'eau stagnante est constatée dans l'installation, que le conduit soit de qualité alimentaire, traité antistatique ou antibactérien, il y aura des problèmes de developpements bactériens.
A l'inverse, la problématique bactérienne ne se résume pas à "y a t-il ou pas des bactéries dans l'air que j'inspire ?", mais "y en a t-il plus que dans l'air extérieur ?". Aussi, méfiance par rapport à toutes les personnes qui dressent cet argument, sans que leur niveau de connaissance du sujet dépasse le mot "bactéries".

 

Suite à l'article « Installer un puits canadien » du numéro 51 de "la maison écologique", nous avons reçu un courrier nous alertant des dangers potentiels des conduites en matière plastique transportant l'air jusque dans la maison. Elles seraient à l'origine d'une ionisation positive des molécules de l'air. Qu'en est-il ?

La encore, un peu comme la question précédente, le propos vient d'un professionnel qui propose des puits canadiens en grès vitrifié, et qui stigmatise de manière plutôt virulente l'article que nous avait proposé d'écrire la maison écologique, car il ne comprend pas que l'on puisse parler d'autre chose que du conduit en grès vitrifié.

On trouve ainsi sur son site internet :

Les Tubes :
Ils doivent être en matière minérale pour permettre un bon transfert thermique mais aussi pour assurer une très bonne qualité ionique de l'air circulant dans les tubes.( il est important de ne pas générer une ionisation positive de l'air)
Les tubes plastiques quels qu'ils soient sont à proscrire en raison du déséquilibre ionique de l'air qu'ils provoquent. L'étanchéité de ces tubes est aussi un point très important afin d'éviter les problèmes éventuels de radon et de pollution bactérienne.

Nous avons répondu ceci dans le magasine la maison écologique :

Les phénomènes naturels produisent une grande quantité d'ions négatifs (orages, chutes d'eau, vent…). À l'inverse, les phénomènes artificiels ont plutôt tendance à produire des ions positifs. Ainsi, les lieux les plus pollués par les composés organiques volatils (issus de la fumée de cigarette, des colles, des peintures…) ou autres particules sont souvent pauvres en ions négatifs et chargés d'ions positifs. Les effets physiologiques bénéfiques des ions négatifs ont été mis en évidence sur des animaux en laboratoire, mais pas encore sur l'Homme. Certains en concluent que les ions négatifs sont un plus pour la santé, d'autres préfèrent simplement parler de révélateur d'une bonne qualité de l'air. 

Dans le cas d'un puits canadien, qui véhicule de l'air dans des conduites le plus souvent en plastique, le revêtement peut absorber les ions négatifs, voire même produire des ions positifs. La quantité d'ions positifs ainsi produits doit tout de même être relativisée au regard des autres sources bien plus actives dans les habitations : matériaux émetteurs de composés organiques volatils, appareils électriques… 

Mais si ces ions positifs vous inquiètent, il y a tout de même quelques alternatives : mettre des plantes vertes dans la maison (elles absorbent ces particules), utiliser des conduites en plastique de qualité alimentaire (avec un revêtement antistatique) qui sont peu conductrices et annulent ainsi le phénomène d'ionisation positive, voire des conduites en grès.

La encore, nous ne nous considérons pas comme des spécialistes du sujet, mais nous avons lu la documentation qui existe sur ce sujet, et rien ne permet d'affirmer qu'un puits canadien réalisé en polyéthylène génère pour les occupants des problèmes de santé lié à une importante ionisation positive de l'air. La suggestion que nous pouvons faire aux personnes qui présentent ce problème serait de présenter objectivement les données qu'ils ont collecté et de les publier quelque part, car en l'état, il n'existe rien qui aille dans ce sens. Par contre, les conduits de ventilation en polyéthylène traités antistatiques sont présentés par leurs fabricants comme évitant ce phénomène.

 

Quel est l'impact de la conductivité thermique d'un conduit sur le rendement d'une installation ?

Il peut paraître évident, de prime abord, que le matériau qui compose le conduit et notamment sa conductivité thermique va être essentielle pour que le rendement de l'installation soit correcte. C'est un argument avancé fréquement que le choix de la conduite déterminera la performance de votre installation. Par exemple sur la documentation qui vante les mérites du conduit de marque Rehau :

"Optimisation de la formulation : une amélioration significative de la conductibilité thermique"
"Transfert de chaleur optimisé du sol au travers du tube et donc de l'air en circulation"

Ou encore cet argument tiré de la doc Euroceramic (grès vitrifié)

Inertie totale,
Echange sol/tuyau/air optimisé : le grès comme la pierre du simple fait de sa masse accumule et restitue selon les saisons frigories ou calories,

La question posée, indirectement, est : quelle est l'influence de la masse thermique du conduit pour l'échange de la chaleur, en plus du paramètre de départ du conduit qui est sa résistance thermique. Est-ce que le conduit, s'il a une masse thermique plus importante augmente le rendement ? Si cet échange n'est pas impactant, il ne sert à rien que le conduit ait une bonne capacité thermique.

Pour que l'échange soit bon, nous suposons que le conduit est correctement adapté au passage de l'air, car autrement, seule la partie proche du sol est réchauffée, le rendement est donc mauvais.

Il faut également, en préalable faire en sorte que la conductivité thermique ET la capacité thermique du sol soit correcte. Ces élements vont déterminer le temps qu'il faudra à la chaleur pour transferer ses calories, et la quantité de calories que le sol peut contenir.

Nous avons réalisé, en simulation thermique, une analyse comparative des températures en sortie de puits canadien, en faisant varier le paramètre "collecteur géothermique", sans toucher aux autres paramètres. L'outil de simulation est ici le plus précis, car en plus d'estimer la température de sortie du puits (et donc l'échange géothermique), il permet de mettre en relation cet échange avec l'impact réel sur la baisse de température des pièces.

Nous avons dans un premier temps calculé en prenant en base certains dimensionnements circulant sur la toile, à savoir :
50 ml de conduit annelé en PE est équivalent à 40 ml de conduit rigide en PP, qui est équivalent à 30 ml de conduit rigide en grès vitrifié.

Cette base est interessante car les attributs du collecteur sont présentés comme un facteur déterminant pour le rendement de l'installation. Le grès, qui a une meilleure conductivité thermique et une très bonne capacité thermique doublera quasiment l'échange thermique par rapport à la gaine annelée.

La simulation représente les températures en sortie de puits canadien, en été. Seul le choix du collecteur géothermique et la longueur de l'installation ont été changées.

On voit que l'installation en grès (rouge) ou PP rigide (vert) donnent de moins bons résultats que l'installation en gaine PE (bleue). Si cette équivalence était vérifiée, les trois courbes seraient superposées.

Surpris par le résultat, nous avons simulé une variante ou tous les conduits ont la même longueur, on fait juste varier le paramètre conduit.

par rapport au graphique précédente, l'échelle des températures à été agrandie pour mieux voir les différences.

On voit que le grès obtient les meilleurs résultats, et que la gaine PE et le conduit en PP rigide obtiennent des résultats équivalents. Mais les courbes sont quasiment superposées.

On peut interpreter cette différence de rendement en la mettant en relation avec la température de la pièce, en fonction de ce même scénario.

Ici, 0.1 °C de différence de température en sortie de puits est équivalent à 0.06°C de baisse de température intérieure dans notre pièce.

A chacun de juger quel est le conduit le plus pertinent sur son installation. Il apparait nettement que la conductivité du conduit n'impacte qu'à la marge le rendement d'un puits canadien, bien moins que les dimensions (longueur/diamètre) du puits et les caractéristiques des sols. Cette analyse est d'ailleurs correllée par les mesures de température de puits canadiens réalisés en gaine PE (l'essentiel des installations) qui donnent des résultats pertinents.

 

Pour toute question sur ce dossier : contact@fiabitat.com


    FIABISHOP

  • Nouveau site internet pour votre installation vmc double flux / puits canadien

fiabishop

http://www.fiabishop.com