Le Batiment à énergie positive, minima pour 2020 ?

Nous étions assez critiques envers le texte de loi Grenelle I concernant la réglementation thermique 2012, et plutôt circonspects devant les débats des sénateurs sur la loi Grenelle II concernant les modalités de son application, puisque les sénateurs n’avaient pas l’air de savoir ce qu’était une étude thermique, ce qui est assez préoccupant lorsque le débat porte sur l’évolution des réglementations thermiques. Les législateurs avaient renvoyé plusieurs décisions importantes à un office parlementaire, l’OPECST, pour évaluer notamment l’opportunité de modifier les facteurs de conversion des énergies primaires, et évaluer l’impact économique de la transition vers ce “saut” performantiel.

Effinergie : un an après, quoi de neuf ?

Cet article est le premier d’une série d’articles sur la performance énergétique, la RT 2012, et la présentation d’une méthodologie alternative pour l’optimisation énergétique des bâtiments. Nous avions eu l’occasion déja d’écrire plusieurs billets sur le label basse consommation effinergie pour pointer les éléments qui nous paraissaient à l’époque compromettre l’objectif de faire évoluer le monde de la construction, et qui nous avaient conduit à ne plus réaliser les calculs thermiques nécessaires à l’obtention de ce label. Depuis, plusieurs évolutions ont eu lieu, qui répondent en partie aux objections qui étaient faites au label.

Comment le passif peut se développer en france ?

Chapitre 2 sur 3 du dossier La construction passive à la loupe

La semaine dernière, à l’occasion du salon européen du bois et de l’habitat durable se déroulait sur deux jours les assises de la construction passive. Ces journées très riches ont été l’occasion de mesurer les avancées de la construction passive sur le territoire français.

Retour sur le contenu des journées et les perspectives pour le développement du passif

Chauffer un bâtiment passif avec la ventilation

Chapitre 2 sur 3 du dossier La construction passive à la loupe

Un bâtiment passif est une construction (ou rénovation) ou les déperditions de chaleur ont été réduites à un minima qui permet de se passer de système de chauffage conventionnel. Cet objectif est même un enjeu puisque la balance économique du projet justifie les sur-investissements vers une meilleure isolation, des vitrages performants et une ventilation double flux par le fait que cela permet de sous-investir sur les moyens de chauffage : il ne sera pas nécessaire pour assurer le confort en hiver d’avoir une chaudière, avec son réseau de plancher chauffant ou radiateur.