Données

  • Projet

    • CENTRE DE FORMATION DES APPRENTIS DU MOULIN RABAUD
    • Maître d’ouvrage : CMA de la Haute Vienne
    • Lieu : Limoges
    • Surface : 3300 m² SU
    • Livraison : 2016
    • Projet : Rénovation thermique en site occupé, mise aux normes accessibilité, aménagement paysager
  • Missions confiées à Fiabitat

    Intervention en cotraitance avec Lattitude 48°

    1. Définition, en co-conception avec l’architecte du concept énergétique pour la rénovation thermique
    2. Calcul par simulation thermique dynamique des bâtiments, objectif rénovation basse énergie en intégrant les données d’usage, comparaison de variantes
    3. Analyse du confort d’été de la serre vitrée
    4. Présentation des résultats globaux via la grille d’analyse fiabiscope
    5. AMO sur les lots techniques (étanchéité à l’air, ponts thermiques, renouvellement d’air, adaptation du chauffage)
  • Intervenants

    • Concepteur : Latitude 48°
    • BET structure : ICS Nicolas
    • Entreprises : Eurovia (VRD), CMF (verrière), SOPCZ (étanchéité), Guillaumie (façades), Jouandou (serrurerie), Brel (sol souple), Cherbeix (agencement), Rougier bâtiment (peinture) Villemonteil (démolition intérieure)
  • Performances thermiques

    Performance de l’enveloppe (besoin de chauffage en énergie utile, par m² Su)

    • Avant travaux : 257 kWh.an.a
    • Après travaux : 43 kWh.m².a

    Résultats détaillés dans l’onglet “analyse fiabiscope”

Présentation

La rénovation du CFA du Moulin Rabaud à Limoges est un bon exemple de réhabilitation thermique en site occupé de bâtiments tertiaires en structure béton, permettant l’atteinte d’un niveau de performance basse énergie, bas carbone et un haut niveau de confort, et améliorant la qualité architecturale de l’ensemble.

 

Les objectifs du projet :


  • Le maître d’ouvrage souhaite réhabiliter thermiquement 2 bâtiments du Centre de formation des Apprentis de Limoges construits en 1974, l’Administration et l’Externat, en isolant les façades et les toitures par l’extérieur, et en remplaçant les menuiseries extérieures. Il souhaite également procéder à une modification du chauffage pour rendre indépendants les réseaux des 3 bâtiments (ceux précités et les Appartements de fonction), et remplacer tous les corps de chauffe. Enfin, sont prévus la réfection d’une cage d’escalier et le réaménagement de l’entrée pour revaloriser l’accueil.
    • La particularité du projet tient dans le système constructif en poteau poutre avec une façade béton préfabriquée possédant de nombreux ébrasements, rendant peu simple une isolation par des isolants fixés directement sur les facades existantes. Les solutions techniques par facades bois préfabriquées sont ici les plus simples à mettre en oeuvre, et permettent d’embarquer les nouvelles menuiseries (du fait des ébrasements, les solutions par panneaux isolants amenent un pont thermique plus important)
    • La zone ou se trouvent les batiments est susceptibles de contenir du radon, même si les mesures avant travaux n’indiquent pas de fortes concentrations. L’isolation thermique amenant un confinement d’un espace auparavent peu étanche à l’air implique de penser une solution de rénovation en tenant compte de ce facteur.
    • L’équipe de maitrise d’oeuvre a sensibilisé le maitre d’ouvrage sur la nécessité d’inclure au programme un système de ventilation pour apporter de l’air neuf dans les salles de classe.

Performances thermiques :


  • besoin d’énergie pour le chauffage 42.6 kWh/m².a
  • consommation conventionnelle énergie primaire non renouvelable (chauffage, Rafraichissement, ECS, auxilliaires, éclairage) : 110.10 kWh/m².a

Attention : les résultats sont exprimés selon les conventions du standard passif, en surface utile et en énergie non renouvelable, ils présentent donc des différences notables avec les étiquettes DPE ou les calculs réglementaires.

Descriptif du projet :


Enveloppe & systèmes :

  • Plancher :
    • Plancher existant en béton non isolé sur vide sanitaire.
    • Isolation en sous face impossible, Isolation verticale périphérique enterrée, amélioration étanchéité du bâtiment vis à vis du vide sanitaire (risque radon) Valeur U de 0.15 W/m²K
  • Mur extérieur :
    • Existant : Façade préfabriquée en béton, non isolée
    • Travaux : isolation thermique extérieure en façade bois préfabriquée, isolation laine de roche, incluant pare pluie et finition en bardage bois (douglas du limousin pré grisé)  Valeur U de 0.140 W/m²K
  • Toiture terrasse R+1 :
    • Existant : plancher béton avec 4 cm de polystyrène expansé, étanchéité
      Travaux : Partie courante : 20 cm de polystyrène expansé par l’extérieur, reprise de l’étanchéité du toit. Isolation des acrotères pour assurer une parfaite continuité de l’isolation mur / toit.
  • Divers :
    • Nouveaux escaliers désolidarisés, évitant les ponts thermiques
  • Menuiseries double vitrage :
    • Menuiseries existantes simple vitrage chassis acier
    • Nouvelles menuiseries bois, posées avec les facades bois (continuité parfaite de l’isolation), incluant des stores extérieurs pour la protection estivale, double vitrage
  • Mesure d’étanchéité à l’air finale :
  • Ventilation – groupes de ventilation par bâtiments :
    • Existant : rien
    • Ajout d’un système de ventilation par insufflation, permettant la mise en surpression des espaces (en vue d’éviter le radon), soufflage dans chaque salle de classe permettant une bonne qualité d’air
  • Chauffage :
    • Existant : chauffage par réseau de chaleur et chaufferie gaz pour l’ensemble du site.
    • Après travaux : réfection de la distribution de chaleur dans les pièces (travaux indispensables du fait de la différence de puissance avant / après travaux)
  • Eau chaude sanitaire :
    • Non concerné

Concept énergétique :


Performances thermiques issues de la démarche d’analyse globale fiabiscope


En savoir plus sur le fiabiscope

Résumé :


  • Calculs effectués en simulation dynamique sur Pleiades / comfie – autres calculs effectués sur le fiabiscope (eau chaude, ventilation, usages, écobilan, analyse en cout global)
  • Température de consigne fixée à 20°C – base météo Limoges – ventilation de confort – occupation prévisionnelle
    Modulation des températures de consigne selon période usage du site – idem débits ventilation

Performance thermique de la rénovation :


Sur cette rénovation, les principales déperditions sont liés aux postes plancher bas (impossibilité d’isoler en sous face, nécessité de ventiler cet espace pour évacuer le radon), et la ventilation (permettant une bonne qualité d’air intérieure dans les salles, mais initialement non prévue par le maître d’ouvrage, le budget n’a pas permis de basculer en double flux)

La rénovation basse énergie permet de réduire considérablement le besoin de chauffage du projet tout en améliorant grandement les conditions de confort et la qualité d’air.
Avant travaux, l’analyse des factures situait les bâtiments à 257 kWh/m².a

En vert : un objectif de performance très ambitieux sur 3 critères liés aux consommations d’énergie
En bleu clair : la valeur atteinte par le projet
En bleu foncé, la répartition de la valeur par poste

Consommations finales et primaires :


Différents indicateurs explorent les niveaux de consommations pour tous les usages, afin de valoriser la sobriété, les solutions les plus efficientes, les énergies renouvelables, et réduire les coûts de fonctionnement et maintenance.
note : l’expression des résultats ci dessous diffère des approches énergétiques classiques, sur la définition de l’énergie primaire notamment (voir page de présentation de la méthode fiabiscope)
Le programme de travaux ne recouvrait pas la modification du mode de chauffage existant (chaufferie gaz et réseau de chaleur). Les consommations sont fortement réduites mais la source reste à énergie fossile pour le moment.

Ecobilan de la rénovation – choix de matériaux :


L’objectif de cet indicateur est d’analyser en amont l’impact environnemental liés aux choix de matériaux afin d’orienter le projet vers les solutions les moins énergivores et polluantes. Nous comptabilisons dans ces indicateurs les parois de l’enveloppe thermique (seuls les éléments rapportés à l’existant sont comptabilisés) que nous comparons à un niveau d’ambition élevé.

Le souhait initial d’utiliser des matériaux d’isolation biosourcés a été freiné pour des questions de règles incendie.

 

 

L’écobilan reste malgré tout tout à fait pertinent, comparativement à des objectifs ambitieux. Le bilan carbone de la rénovation est presque neutre, du fait du recours important au matériau bois pour les façades thermiques, la finition et les menuiseries.

Calcul RT2012 :


Non concerné.

A venir