Forfait maison passive (avec certification possible)


Le forfait maison passive pour réussir le projet de vos rêves ^^

Dans tous nos forfaits nous sommes à l’écoute du projet pour en optimiser au mieux tous les aspects. Spécifiquement dans la démarche passive, la recherche d’une maison (presque) sans chauffage implique de tout peaufiner  (approche bioclimatique, qualité du système constructif, récupération des calories, optimisation des systèmes énergétiques).

La SCOP fiabitat  réalise depuis 10 ans des projets passifs sur l’ensemble du territoire français dont plusieurs ont obtenu une certification passive.
liste de nos maisons certifiées (site du Passivhaus)

En résumé, notre accompagnement comprend :


  • Nous définissons avec vous les objectifs du projet et sommes à vos cotés dès les esquisses

  • Nous réalisons l’analyse thermique (sur PHPP 9.6) de la maison, afin de vous proposer des axes d’amélioration pour atteindre le niveau passif et valider le confort estival
  • Nous poursuivons les échanges jusqu’à “épuisement” de toutes vos questions. Nous accompagnons au besoin le concepteur sur des questions spécifiques (préciser budget de certains équipements passifs, anticiper les passages techniques)
  • Nous réalisons des livrables pédagogiques au fil de l’étude afin de visualiser comment se situe le projet, et nous faisons à coté un récapitulatif détaillé pour faciliter le travail du concepteur
  • Nous nous occupons de l’attestation RT2012 au permis de construire, et de l’étude complète nécessaire pour l’attestation finale fin de chantier.
  • Les prestations de conception technique sont chiffrées par défaut dans le devis, mais déclenchées sur votre feu vert après la première partie de l’accompagnement. Cette conception vise à constituer le dimensionnement des élements techniques du projet (ventilation, traitement et calcul des ponts thermiques, chauffage et eau chaude…) et sera nécessaire en vue d’une éventuelle demande de certification.
  • Si vous souhaitez une labellisation passive du projet nous pourrons la superviser et gérer les échanges avec le certificateur (le coût de la certification est en plus de notre mission – Indiqué en option dans le devis)

Le déroulé de votre construction passive

timeline_pre_loader
Votre projet de construction est engagé avec le concepteur / architecte / constructeur de votre choix

Au début des esquisses

Nous commençons par proposer une réunion avec le concepteur et le maître d’ouvrage.
Les premières esquisses sont discutées pour optimiser la conception bioclimatique

Une fois l'esquisse finalisée

Nous réalisons un premier calcul PHPP du projet, qui vise à indiquer dans le détail les “chemins” possibles permettant d’atteindre la performance passive et le confort d’été optimal. Le PHPP sera mis à jour au fur et à mesure de l’avancement.

Le système constructif et les options énergétiques prennent forme au fur et à mesure.

Après le chiffrage une nouvelle esquisse est réalisée si le projet/budget ne colle pas.

Le moment est venu de déposer un permis

Nous réalisons l’attestation de prise en compte de la RT2012 nécessaire au dépot du permis

Préparation de la conception technique

A ce stade les orientations techniques sont bien avancées. Nous mettons à jour au fur et à mesure une “fiche de suivi“, sorte de descriptif simplifié du contenu de l’étude thermique, permettant de situer les éléments descriptifs en détail, et facilitant le travail du concepteur.
La phase de conception technique est engagée (plans précis, détails de réalisation, descriptif détaillé)

Réunion de préparation - conception technique

Nous programmons une réunion pour échanger et résoudre les différentes problématiques techniques en suspens : comment va t-on réaliser l’étanchéité à l’air de la maison, ou va passer le réseau de ventilation, comment éviter l’interruption de l’isolation à tel endroit, quelles vont être les caractéristiques de nos systèmes énergétiques, etc…
L’objectif ici est de mener un travail collaboratif avec le concepteur pour faciliter les étapes suivantes

Accompagnement de la conception technique

Votre concepteur réalise le descriptif du projet après la réunion, et nous relisons celui ci avant qu’il soit communiqué aux entreprises pour devis. Sur certains postes comme la ventilation, nous réalisons les plans détaillés de l’installation, afin que rien ne soit improvisé.

Pendant la consultation des artisans

nous pouvons analyser ceux ci pour valider, sur les items spécifiques au passif, que cela correspond à notre besoin. Les artisans peuvent proposer des variantes intéressantes, qui nécessitent de vérifier qu’elles fonctionnent dans l’étude thermique.
Au moment ou le chantier démarre, la plupart des points importants sont réglés.

Demande de certification (option)

Une fois le dossier de conception ficelé le certificateur passif est sollicité et valide le projet. Ne reste plus que le volet chantier (étanchéité à l’air, PV de mise en service)

Assistance pendant le chantier

Vous nous sollicitez au besoin, si des points de blocage apparaissent, pour trouver une solution. Une fois toute l’enveloppe réalisée, un test d’étanchéité à l’air est réalisé par une entreprise locale, et valider la qualité de la mise en œuvre.

A la fin du chantier

Un test d’étanchéité final est réalisé par un opérateur local, qui servira avec l’étude RT2012 à l’attestation RT2012 d’achèvement des travaux.
L’installation VMC double flux est contrôlée et un PV de mise en service est réalisé.
Si label, l’ensemble est envoyé au certificateur pour obtention du label final.
Le chantier se termine dans la joie et la satisfaction du résultat accompli 🙂

Quelques réalisations

Questions fréquentes sur la construction passive

Le concept passif est issu d’une réflexion pour produire des bâtiments très économes en énergie. Le niveau d’isolation est très bon, ce qui aboutit à une nécessité de chauffer uniquement sur quelques jours par an, avec des puissances très faibles (un radiateur de 1000W suffit pour chauffer 100m²).
Ce sont des bâtiments très confortables en hiver et été, dont les coûts de fonctionnements sont très bas.

La démarche passive est une évolution de la démarche basse énergie, avec une qualité d’isolation 2 fois supérieure environ.
Une maison passive, très bien isolée, peut également être positive si une production d’électricité renouvelable est installée. Elle peut être réalisée avec des matériaux biosourcés pour limiter au maximum son empreinte environnementale.

Parmi les caractéristiques principales, on retrouvera :

img_minergie

  • La nécessité d’une bonne isolation, ainsi qu’une absence totale de ponts thermiques. Cela valorise donc les bâtiments bien conçus, compacts, avec une isolation thermique adaptée.

  • La valorisation des apports gratuits, le soleil, les apports internes des occupants et appareils contribuent fortement à la réduction du besoin de chauffage

  • Un grand confort thermique : via l’absence de parois froides, température homogène, bon renouvellement d’air (débits de confort, pas de courants d’air)

  • Un bon confort d’été : via des dispositions pour occulter les vitrages, apporter une surventilation. On retiendra que la démarche passive est adaptée à la localisation géographique du projet, et la réflexion pour réduire la demande en énergie vaut aussi en été, ou il est demandé à ce que le bâtiment soit frais sans recours à une climatisation

  • La sobriété énergétique pour l’ensemble des usages électroménagers, l’utilisation massive des énergies renouvelables

Oui car si l’objectif de construire un bâtiment presque “autosuffisant” et capable de garder une température de confort toute l’année est universel, les moyens pour y parvenir dépendent entièrement de la localisation du projet.

En gros, on ne construit pas le même projet s’il est situé dans le nord de l’Allemagne et le sud de la France. Les contraintes sont différentes.

passif3Le schéma présente le modèle qui restera pertinent sur une bonne partie du territoire francais :
Le concept repose sur une ventilation double flux qui en est l’un des éléments centraux : l’air est renouvelé dans la maison toute l’année par ce biais sur des débits confortables, on peut maintenir en température le logement en période hivernale simplement avec un petit élément chauffant sur l’air soufflé de très faible puissance. L’enveloppe est très isolée, sans ponts thermiques et très étanche à l’air, valorisant de larges surfaces vitrées au sud pour récupérer les apports solaires.

Au sud de la France, on apportera différentes variations au concept pour garder la maison fraiche, qui aboutit à des réflexions sur l’adaptation de la conception du projet, l’inertie thermique, les occultations, la surventilation naturelle.

Au moment de construire une maison neuve, vous avez l’obligation de respecter la RT2012, qui fixe des exigences sur le niveau d’isolation à atteindre. Rien n’empêche toutefois d’aller plus loin, sachant que toutes les économies de fonctionnement qui en découleront vous bénéficieront.

Les besoins d’énergie d’un bâtiment passif pour le chauffage seront en général 2 fois plus faibles, l’exigence sur l’étanchéité à l’air bien supérieure, et surtout, le recours effectif au système de chauffage se limite à une trentaine de jours dans l’année, le reste du temps la température dans le bâtiment reste confortable sans recours à un système actif (y compris en été).

eg1

D’une manière générale, le rôle d’un bureau d’études est de vous conseiller pour que votre maison soit confortable et très économe en énergie. La démarche passive est intéressante car elle propose des garde fous largement renforcés par rapport à la RT2012, imposant aux acteurs du projet de mener une vraie réflexion soignée sur la conception bioclimatique et la qualité de la réalisation.

Se baser uniquement sur l’outil RT2012, c’est prendre le risque d’avoir des résultats décevants, car la méthode de calcul manque singulièrement de fiabilité : les hypothèses de confort et qualité de l’air y sont moindres (la performance affichée repose sur des températures de consigne plus faibles et un renouvellement d’air insuffisant -si VMC hygro-), l’outil de confort d’été n’est pas du tout fiable.

L’intérêt du forfait maison passive, c’est qu’il s’appuie sur des outils logiciels conçus pour réaliser des bâtiments passifs. Le PHPP a en effet été réalisé par l’institut Passivhaus à partir des premières réalisations et évolue selon les résultats réellement constatés.

Ce qui est commun aux projets passifs, c’est qu’ils ne sont pas improvisés (la démarche impose un travail de conception sérieux en amont), et met en avant l’excellence de la mise en œuvre sur le chantier, et les systèmes constructifs les plus efficaces dans le traitement des ponts thermiques.

La plupart des systèmes constructifs (sauf peut être l’isolation thermique par l’intérieur) permettent d’atteindre le niveau passif. Nous privilégions de notre coté l’utilisation de matériaux écologiques et le recours à des moyens de produire la chaleur renouvelables.

Comparaison sur les couts de fonctionnements entre le standard réglementaire et le passif

passif4

Penser passif implique de raisonner à la fois sur les investissements initiaux pour bâtir un projet, mais également anticiper les couts de fonctionnements futurs, les couts de maintenance, et la meilleure durée de vie induite par la meilleure qualité de réalisation. C’est une chose trop répandue à ce jour : la tolérance envers les ponts thermiques, défauts d’étanchéité à l’air se traduisent par des pathologies sur le bâti, qui ont diverses conséquences, notamment sur la performance réelle et la durée de vie des composants de l’enveloppe. Cela a donc un cout, même si cela n’est pas payé initialement.

Il n’y a pas, comme cela peut être perçu à priori, de marche colossale à franchir pour qu’un projet soit passif. Un peu plus de réflexion en amont, une qualité d’isolation supérieure, une étanchéité à l’air importante, une ventilation avec récupération de chaleur, et une solution de chauffage minimaliste pour compenser. La réflexion en amont doit donc bien évidement prendre en compte les surinvestissements et réfléchir la conception du projet afin d’en assurer sa cohérence globale et son financement.

c62a956c95e7f17a7323a37b10c17e37.media.150x150Il existe depuis quelques années une démarche adaptée au bâtiment existant, enerphit, qui transpose les exigences en réduisant certaines cibles. Globalement, les principes restent les mêmes, les outils de calcul également, l’approche sur le bâtiment existant est plus complexe puisque suppose d’appréhender l’état du bâti, identifier les pathologies éventuelles, et surtout adapter des solutions de rénovation compatibles.