Données

  • Projet

    • MAISON INDIVIDUELLE PASSIVE ECOLOGIQUE
    • Lieu : Turenne Gare 19
    • Surface : 129 m² SU
    • Livraison : Septembre 2018
    • Projet : Construction Neuve Passive
  • Missions confiées à Fiabitat

    Intervention Fiabitat

    1. Définition, en co-conception avec l’architecte Monique Frosh et l’entreprise de construction DUBOIS  du concept énergétique passif : niveaux de performance des parois, dimensionnement des menuiseries, validation surface et volume.
    2. Calcul par simulation thermique dynamique du bâtiment, objectif passif en vue de la demande de labellisation
    3. Analyse du confort d’été /impact puits canadien
    4. Présentation des résultats globaux via la grille d’analyse fiabiscope
    5. AMO sur les lots techniques (étanchéité à l’air, ponts thermiques, renouvellement d’air, adaptation du chauffage)
  • Intervenants

  • Performances thermiques

    Performance de l’enveloppe (besoin de chauffage en énergie utile, par m² Su)

    • Phase calcul : 15 kWh.m².a

    Résultats détaillés dans l’onglet “analyse fiabiscope”

  • Ils en parlent

     

Présentation

Les objectifs du projet :


Ce projet de maison passive est porté par Olivier CERTES, gérant de la Société DUBOIS à Malemort.

“J’ai eu cette idée lors d’un voyage en Autriche avec un de mes associés, explique Olivier Certes. Là-bas, c’est quelque chose de généralisé. Nous avons beaucoup de retard à ce niveau en Corrèze, mais aussi en France. Même si elles sont plus chères à construire, ces maisons consomment beaucoup moins. Donc elles sont rentables sur le long terme, mais surtout elles permettent de ne pas gaspiller nos ressources énergétiques”.

Son objectif est de faire de ce projet témoin, la première maison passive certifiée en Corrèze. L’autre point important est le développement d’une gamme de menuiseries fabriquées localement, au sein de la société DUBOIS, compatible avec les objectifs du passif. La certification de la menuiserie elle même en tant que composant passif n’est pas visée. Nous visons cependant une performance de châssis et de vitrage au niveau passif.

 

Performances thermiques :


  • Besoin d’énergie pour le chauffage 15 kWh/m² SHAB.an
  • Consommation énergie primaire (chauffage, Rafraîchissement, ECS, auxilliaires, usages, éclairage) : 99 kWh/m²SHAB.an

Attention : les résultats sont exprimés selon les conventions du standard passif, en surface utile et en énergie non renouvelable, ils présentent donc des différences notables avec les étiquettes DPE ou les calculs réglementaires.

 

L’équipe :


La rencontre entre Olivier Certes et Fiabitat a eu lieu au cours d’une intervention que nous proposions via l’association BoisLim au collectif de menuisiers ” Menuiserie bois performance limousin”.

http://www.constructionboislimousin.com/menuiserie-bois-performance-limousin/

Sabine CHOUFFOUR, thermicienne associée de la SCOP a pu y  présenter l’impact du lot menuiserie sur la construction passive. C’est à l’issue de cette intervention, que la collaboration avec Olivier a vu le jour.

Nous avions déjà eu l’occasion de travailler avec Monique Frosh, l’architecte de ce projet. C’est donc avec grand plaisir que nous collaborons sur ce projet qui se veut le premier à être certifié passif en Corrèze!

 

 

Descriptif du projet :


 

Les contraintes urbanistiques : Monique a du défendre au plus haut niveau des instances administratives, l’orientation plein sud de la principale façade! En effet il s’agit d’un pré-requis indispensable pour atteindre le niveau passif, et les règles d’urbanisme locales sont parfois obsolètes par rapport aux nouveaux enjeux de la construction.

 

Performances thermiques issues du PHPP version 9.3 phase calcul :


  • Besoin d’énergie pour le chauffage 14 kWh/m²shab.an
  • Consommation énergie primaire (chauffage, Rafraîchissement, ECS, auxiliaires, usages, éclairage) :  118 kWh/m²shab.an exprimée en EP non renouvelable

Attention : les résultats sont exprimés selon les conventions du standard passif, en surface utile et en énergie non renouvelable, ils présentent donc des différences notables avec les étiquettes DPE ou les calculs réglementaires.

Descriptif du projet :


Enveloppe & systèmes:

  • Mur extérieur :
    • en ossature 220 mm (contreventement intérieur en panneau de bois) isolation ouate de cellulose, un complément d’isolation extérieur de 60 mm de fibre de bois est prévu ainsi qu’un complément de 40 mm dans le doublage technique intérieur.
    • U mur = 0.13 W/m2K
  • Toiture plate sur salon :
    • en poutre I de 240 mm + complément extérieur 120 mm en fibre de bois.
    • U toiture = 0.126 W/m2 K
  • Rampants :
    • poutre I 300 + complément extérieur 60 mm en fibre de bois.
    • U rampants = 0.11 W/m2 K
  • Le plancher bas :
    • sur vide sanitaire compte tenu de la nature du sol (argile gonflante) est composé d’un hourdis PSE avec complément d’isolation sous chape en polyuréthane. Tout le pourtour des murs de soubassement est ré-haussé par un rang de béton cellulaire afin de limiter au maximum le pont thermique de la jonction mur/plancher et celui sous les seuils des baies vitrées.
    • U plancher = 0.117 W/m2 K
  • Menuiseries passives fabriquées par la Société DUBOIS.  Un capotage alu isolant DUAL vient recouvrir les châssis bois. Toutes les menuiseries sont équipées de triple vitrage avec facteur solaire élevé au sud. g=0.63 Ug=0.69 W/m2K Uf moyen =0.83 W/m2K.

 

 

Bilan du lot menuiseries :

 

  • Le chauffage est assuré via le réseau de ventilation par une batterie électrique de 2 kW. La puissance de chauffage issue du calcul PHPP est de 11.5 W/m2. Des appoints de type sèche serviette sont prévus dans les pièces d’eau.
  • La production d’eau chaude sanitaire est assurée par un ballon solaire.
  • La ventilation de la maison sera assurée par le modèle Comfoair 350 de marque ZEHNDER rendement certifié 87%. L’objectif sur le niveau d’étanchéité l’air passif (n50 = 0.6 Vol/h, Q4 = 0.16 m3/h m2) est impératif sur le projet qui vise la certification Maison Passive France.
  • Un système de rafraîchissement par puits canadien à air est prévu pour assurer le confort d’été en cas de d’épisode caniculaire.

Concept énergétique :


Performances thermiques issues de la démarche d’analyse globale Fiabiscope


En savoir plus sur le fiabiscope

Résumé :


  • Calculs effectués sur le PHPP + complément en simulation dynamique sur Pleiades / comfie – autres calculs effectués sur le Fiabiscope (eau chaude, ventilation, usages, écobilan, analyse en cout global)
  • Température de consigne fixée à 20°C – base météo Brive Laroche  – ventilation taux de renouvellement sanitaire – occupation prévisionnelle 5 personnes

Performance thermique de la construction :


Sur cette construction passive, la répartition des déperditions est la suivante (extrait feuille chauffage PHPP)  : 

 

Les pertes seront en parties compensées par les apports solaires passifs et les apports internes liés à la présence des occupants, le solde à fournir constitue le besoin de chauffage.

 

Consommations finales et primaires :


Différents indicateurs explorent les niveaux de consommations pour tous les usages, afin de valoriser la sobriété, les solutions les plus efficientes, les énergies renouvelables, et réduire les coûts de fonctionnement et maintenance.
note : l’expression des résultats ci dessous diffère des approches énergétiques classiques, sur la définition de l’énergie primaire notamment (voir page de présentation de la méthode fiabiscope)
Le projet compte tenu de ses faibles besoins est chauffé via une batterie électrique sur le réseau de ventilation.

Ecobilan de la construction – choix de matériaux :


L’objectif de cet indicateur est d’analyser en amont l’impact environnemental liés aux choix de matériaux afin d’orienter le projet vers les solutions les moins énergivores et polluantes. Nous comptabilisons dans ces indicateurs les parois de l’enveloppe thermique que nous comparons à un niveau d’ambition élevé.

 

L’analyse de l’impact environnemental renvoi ici principalement à 2 notions :

L’énergie grise :
Autrement dit, il faudra dépenser de l’énergie pour fabriquer le bâtiment, plus ou moins selon les matériaux retenus et leur source (fossile, biosourcée). L’énergie grise qualifie la quantité d’énergie fossile nécessaire pour fabriquer, acheminer sur site, gérer la fin de vie, de l’ensemble des composants d’une paroi.

Le bilan carbone :
Idem que précédemment, l’indicateur mesure la pollution exprimée en quantité de gaz à effet de serre pour les composants de parois.
Cette analyse s’appuie sur des bases de données reconnues, et des valeurs génériques

Le souhait initial d’utiliser des matériaux d’isolation biosourcés a été maintenu en phase conception, consultation et réalisation.

 

L’écobilan est correct comparativement à des objectifs très ambitieux.Le bilan carbone neutre étant donné la quantité de matériaux à base de bois sur ce projet.

 

 

Calcul RT2012 :


Le calcul RT2012 s’appuie sur les outils conçus par le CSTB, et des données standardisées : météo, usages, températures de consigne. Souvent éloigné de la réalité, ce calcul est toutefois obligatoire. Le tableau suivant issu de la synthèse standardisée résume les consommations primaires par poste.

 

Bbio = 28.3 pour un Bbio max de 70.2  Gain de 59.7%

Cep = 33 kWh ep/m2 SRT pour un Cep max de 58.2 Gain de 43.3  %

Sur l’hiver 2018/2019 :

A venir…Les premiers retours de consommations sont en cours de recueil.