Données

Maître d’ouvrage:
  • Alain et Laurence Né  Lieu dit : « Pralong » 23260 FLAYAT

Date:
  • 2012

Descriptif:
  • Maison individuelle neuve : novembre 2015 en vente!

  • Shab de 85  m²

Missions confiées à Fiabitat :
  • Réalisation des calculs en Simulation dynamique

 

Autres intervenants :
  • Constructeur bois : Hors d’eau, hors d’air  SARL DESASSIS Ussel (19)  

Présentation

C’est sur un terrain en pente exposé plein Sud que Alain et Laurence ont décidé de construire leur maison. Après avoir rénové deux maisons en Aquitaine, en privilégiant l’usage de matériaux écologiques, ils ont voulu se lancer dans ce nouveau projet de construction neuve pour pouvoir optimiser au mieux leurs choix (la rénovation ne permettant pas toujours de disposer d’une réponse parfaitement adaptée aux besoins de chacun).  Ils ont donc opté pour une conception bioclimatique avec de grandes ouvertures au sud, en maintenant l’usage de matériaux bio sourcés, et d’énergie renouvelable.

Le choix de l’altitude : 800 mètres environ, était également une volonté forte vis à vis du confort d’été.

 

Descriptif du projet :

Performances thermiques issues du calcul en simulation dynamique :
Besoin d’énergie pour le chauffage 45 kWh/m² SHAB.an et 30 kWh/ m2 SRE.an (SRE= surface de plancher)
Consommation conventionnelle énergie primaire (chauffage, Rafraîchissement, ECS, auxiliaires, usages, éclairage) :  128 kWh/m²shab.an et 89 kWh/m2 SRE

La solution mise à l’étude en 2011 considérait un appoint du solaire par poêle hydro (poêle réalisant également le chauffage de l’eau chaude sanitaire).

Enveloppe & systèmes :
Description : Maison individuelle  de 84 m2 habitable. L’étage étant sous rampants la SHAB de ce niveau est faible et les résultats ramenés à cette surface s’en trouvent pénalisés. D’où une présentation des indicateurs exprimés par rapport à la surface de plancher (SRE = surface de référence énergétique), pour relativiser les résultats.

La maison est construite en ossature bois de 220 mm avec pare pluie extérieur en fibre de bois. Le plancher bas est sur terre plein, avec une isolation sous chape de 80 mm en polyuréthane. L’isolation en toiture est composée de 400 mm de laine de bois. Les menuiseries mixtes en bois/alu de marque SAMIC modèle « tandem »  sont en double vitrage pour l’ensemble des façades.

Il n’a pas été réalisé de test d’étanchéité à l’air sur ce projet, le pose du pare vapeur hygro-variable  a été réalisé par le maître d’ouvrage. Une attention soignée a été portée à ce lot étanchéité, Mr Né étant personnellement sensibilisé à l’importance d’une pause rigoureuse.

Un poêle à bois Charnwood de 4,9 kW équipe le rez de chaussée de la maison. Il permet d’assurer à lui seul le chauffage de la maison, y compris de l’étage. Il est équipé d’un « chauffe eau de conduit de fumée ». Ce système permet de récupérer la chaleur dans le conduit d’évacuation des fumées pour chauffer l’eau qui est stockée dans une réserve d’eau de 200 litres derrière une cloison en brique de terre crue à l’arrière du poêle.

Le projet est équipé d’un ballon d’eau chaude tri énergie (prévu dés le départ) qui permet le raccordement à une production d’eau sanitaire solaire lorsque le poêle ne fonctionne pas, une production via le chauffe eau sur le conduit du poêle en période de chauffe, et un appoint électrique ponctuel si besoin pour le solaire hors période de chauffe du poêle.

Les panneaux solaires (4.5 m2 de marque Solaire diffusion) ont été installés cet automne, le circulateur fonctionne en circulation forcée, fonction de la T°C extérieure sur les panneaux et de la T°C intérieure dans la réserve d’eau, un panneau photovoltaïque alimente le circulateur afin de ne pas engendrer de consommations électriques de cet auxiliaire.  Les trois années passées en dehors de la période de chauffe (de mai à septembre) la production d’eau chaude sanitaire était électrique, un bilan des consommations électriques méritera d’être réalisé fin septembre 2016 afin de vérifier le bénéfice des panneaux solaires en période estivale.

Et enfin l’assainissement est réalisé par phytoépuration, le système est homologué, il dispose de deux filtres de roseaux, un en filtration verticale et un horizontale.

Crédits photos : Maître d’ouvrage

Feedback du maitre d’ouvrage

Global :

Le ressentit général des occupants de cette maison est un grand confort, d’autant qu’ils ont vécu précédemment en maisons rénovées, non bioclimatique, souvent avec de l’humidité résiduelle.  L’expérience du neuf est donc pour eux concluante avec ce qu’elle permet d’anticipation des besoins, choix du terrain, de l’exposition, de la surface (une petite surface habitable est ici un choix pour un usage par deux personnes).

Confort été :

La maison est occupée depuis août 2012, la protection des vitrages au sud est indispensable, elle a été réalisée par un volet roulant les premières années, une pergola occultée horizontalement en période estivale est maintenant utilisée. L’altitude du projet lui confère un avantage avec un rafraîchissement des températures nocturnes même en cas d’épisode caniculaire sur le reste du territoire.  L’été, la ventilation double flux est coupée, l’aération est faite la nuit, et tôt le matin, le reste de la journée la maison est tenue fermée.  Cet été 2015 particulièrement chaud n’a posé aucun problème aux occupants qui ne déplorent aucun inconfort.

Confort Hiver :

La maison est occupée par deux personnes, au moins une personne est présente en  continu la journée. A cette mi novembre compte tenu des T°C exceptionnelles en journée, mais avec tout de même des T°C nocturnes entre 1°C et 5°C compte tenu de l’altitude du projet, le chauffage ne fonctionne toujours pas, les journées ensoleillées suffisent  amplement  à maintenir la maison au delà de 20°C.

Une absence de  8 jours en plein hiver a été testé, la température interne au retour était de 11°C avec une t°C extérieure de -8°C, la remontée en température à 20°C a pris environ 12H.

Fonctionnement du poêle à bois :

Le poêle à bois est utilisé par flambée, jamais en continu. Une flambée est réalisée le soir avant que les occupants aillent dormir, avec 2 ou 3 bûches de 25 cm. Puis dans la matinée. En cas de temps gris et humide, une nouvelle flambée est réalisée l’après midi.

Le poêle ne fonctionne jamais plus de 3 heures de suite.

VMC double flux :

Une ventilation double flux UNELVENT Idéo HR 275 éco watt a été installée sur le projet.  Les maîtres d’ouvrage apprécient le confort qu’elle apporte : « pas de déplacement de masse froide » cependant ils pensent que si c’était à refaire, compte tenu des faibles consommations actuelles pour le chauffage, de l’investissement, entretien que génère l’usage de la double flux (changement filtres, mise en oeuvre réseau intérieur) ils pensent que le projet aurait « supporté » d’être équipé seulement d’une ventilation simple flux hygro.

En conclusion, si c’était à refaire :

Aucun regret n’est exprimé par les occupants qui sont ravis du confort atteint sur ce projet.

Performances thermiques issues du calcul en simulation dynamique :

  • Besoin d’énergie pour le chauffage 45 kWh/m² SHAB.an et 30 kWh/ m2 SRE (surface de plancher)
  • Consommation conventionnelle énergie primaire (chauffage, Rafraîchissement, ECS, auxiliaires, usages, éclairage) :  128 kWh/m²shab.an et 89 kWh/m2 SRE

La solution mise à l’étude en 2011 considérant un appoint du solaire par poêle granulés hydro.

  • Coûts de fonctionnements de chauffage par  granulés (énergie considérée au moment du calcul)  :  463 euros/an (équivalent à 90 sacs de 15 Kg)
  • Coûts de fonctionnements ECS appoint du solaire par granulés (énergie considérée au moment du calcul)  :  122 euros/an
  • Coûts de fonctionnements globaux (tous usages + abonnements) :  890 euros/an

Sur les trois derniers hivers :

Une moyenne de 4 stères de bois par an est consommée, soit 150 euros de bois par an.   Les consommations électriques sont de 185 euros par an en moyenne sur les 3 dernières années, en l’absence de fonctionnement des panneaux solaires pour la production d’eau chaude elles sont de 1400 kWh/an pour l’ensemble des usages (ECS hors période chauffage, électroménagers, éclairage, informatique, auxiliaire).

Elles avaient été estimées à 1765 kWh/an hors ECS.

Plusieurs pistes ont été dégagées pour déterminer d’où vient cet écart : surestimation de la consommation des auxiliaires estimés à 457 kWh/an : le chauffe eau sur conduit de fumée fonctionne en thermo siphon, le circulateur d’ECS solaire n’a pas fonctionné, le poêle est à bûches, et la VMC est coupée l’été, donc  les consommations d’auxiliaires sont plutôt de l’ordre de 150 kWh par an.

En électroménager, l’estimation considérait 1300 kWh/an. Le four et la cuisson n’est pas électrique mais au gaz, il n’y a pas de congélateur, pas de sèche linge, cela fait passer les consommations à 475 kWh/an.

Soit un total de l’ordre de 1050 kWh hors ECS. La part de consommation d’ECS électrique sur la période de non utilisation du poêle à savoir de mai à septembre, serait de 350 kWh pour deux personnes. Le besoin d’ECS estimé sur cette période est de l’ordre de 500 kWh à raison de 40 litres par personne et par jour. Les consommations constatées sont donc assez cohérentes avec les équipements en place.

Cette facture d’électricité devrait être encore allégée l’an prochain avec la mise en fonctionnement de la production solaire, l’économie à attendre devrait être de l’ordre de 50 euros.

Global : 170 000 euros TTC soit 2025 euros/m2 habitable

 

Sur le même sujet